Est-ce la fin du «tanking» dans la NBA?

Les changements aux règles de la loterie promettaient des changements considérables, mais on ne s’attendait probablement pas à autant de bouleversement. On a beaucoup parlé des Pelicans, des Grizzlies et des Lakers, qui ont effectué des sauts inespérés, mais il y a aussi des perdants évidents : les Cavaliers et les Suns ont glissé au 5e et 6e rang après des saisons absolument horribles. Maintenant qu’une mauvaise saison n’assure plus un choix parmi les 3 premiers, est-ce la fin du tanking dans la NBA?

Un sacrifice de 65 défaites n’est plus nécessaire pour obtenir une future vedette de la NBA. La ligue doit réellement être satisfaite, puisque les résultats ont eu une onde de choc partout dans le circuit. Il y a une différence réelle entre 25% et 14% et les Knicks l’ont appris à la dure. Un exécutif était très heureux de la tournure des évènements, selon The Athletic.

« La guerre contre le tanking est une réussite »

Les prochaines années devraient être remplies de surprises et devraient aussi rehausser la parité du circuit. C’est toujours une bonne nouvelle pour une ligue de sport professionnel, qui tire avantage à avoir des courses au série plus serrées ainsi que moins de franchises qui croupissent au bas du classement.

Par contre, il y a encore du travail à faire. Les Knicks, les Suns et les Cavaliers ont tout de même besoin d’infuser du talent à leur équipe et la meilleure façon de le faire est pas le repêchage.

Pour l’instant, ils sont les grands perdants de cette loterie : être mauvais de façon spectaculaire n’était pas particulièrement payant, en 2019 – et le risque monétaire ne valait visiblement pas la peine.

Default image
Kevin Vallée
Kevin Vallée est le fondateur de AlleyOop Québec. Il possède une combinaison assez rare : beaucoup d'expérience et beaucoup de jeunesse. Dans le monde du blog depuis 2013, il amorce sa carrière de journaliste et collabore à la radio à Montréal, Québec, Ottawa et Edmonton.

Attitude Football Attitude Football