Lou Williams : jouer à Toronto est comme être à l’étranger

Celui qui vient d’obtenir son troisième trophée du meilleur 6e homme, Lou Williams, a passé une saison à Toronto. Il a d’ailleurs remporté cet honneur à cette année 2014-2015. Il avait même exprimé son désir de rester avec l’équipe. Williams a tout de même évoqué les désavantages de jouer au Canada en étant Américain. 

Il en a parlé au «No Chill Podcast». Écoutez à partir de 1h01:30.

«Une fois sur place, vous adorerez jouer pour les Raptors et pour le pays. Mais ce quatrième et cinquième mois de la saison, vous êtes comme: ‘Merde, je veux rentrer à la maison’».

«Parce que quand tu joues à Toronto, tu as l’impression de jouer à l’étranger. Nous sommes impatients d’aller sur la route, parfois, juste pour être aux États-Unis. C’est comme de petites choses auxquelles on ne pense pas. Les chaines sur votre téléviseur, les factures de téléphone, vous devez avoir un compte bancaire canadien. Des choses comme celles auxquelles les gens ne pensent pas. C’est dur. Et si vous avez des enfants, vous les élevez au Canada.»

«Une fois que vous êtes là, vous êtes comme ‘oh, c’est le fun’, mais le plus difficile est de garder les gars.»

Les Raptors ont souvent échoué à garder des joueurs élites dans l’équipe pour ces raisons. Vince Carter, Tracy McGrady et Chris Bosh ont tous voulu être aux États-Unis. Par contre, d’autres comme Kyle Lowry, Demar DeRozan et Serge Ibaka sont restés attachés à la force du Nord. On verra si Kawhi Leonard aura l’envie de demeurer au pays de la fleur d’érable…

Crédit Photo: Rocky Widner/National Basketball Association

  1. Kawhi voudrait jouer avec Jimmy Butler.

2. Les femmes s’intègrent peu à peu dans la NBA.

3. Est-ce qu’on reverra LeBron James avec le #6?

Default image
Charles Fontaine

Attitude Football Attitude Football