Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Quand la science parle de Zion Williamson

Mon Friday night était rempli de bonnes saveurs puisque trois joutes figuraient à mon calendrier, soit les duels Suns-Raptors, Grizzlies-Lakers et Pelicans-Trail Blazers. Je ne dresserai pas un portrait littéraire de chacune de ses confrontations. J’ai plutôt choisi de composer quelques lignes au sujet de Big Z, Zion Williamson. Le kid de 19 ans défonce les parquets du réseau de la NBA comme personne n’est en mesure de la faire. Une puissance brute, qui devrait réussir à fracasser un panier, tel un Shaq, d’ici la fin de cette campagne.  

Williamson a une fois de plus connu une soirée rayonnante lors de son 11e match de cette saison 2019-20. Contre les TB hier soir, alors que Dame Lillard brillait par son absence (blessure à l’aine), Williamson en a profité pour faire trembloter le bois-franc du Moda Center. Lors de cette soirée spectaculaire, l’ailier de puissance en a profité pour tacher le livre d’histoire de la NBA en devenant le plus jeune joueur de l’histoire à inscrire 20 points ou plus lors de sept joutes successives. C’est un fait, tout comme ce dunk dévastateur sur la corbeille des Blazers.

Une brute. Un monstre. Un produit surnaturel. Un train. Bref, même la science s’est mise de la partie au sujet de ce produit unique des Blue Devils de Duke. Les scientifiques, dont le Dr Marcus Elliott, sont totalement estomaqués par le deuxième saut vif, précis et puissant de Williamson. Le docteur Elliott estime même que Zion Williamson vient d’une autre espèce. Donc la société Sport et Science P3 a évalué qu’aucun autre joueur n’était aussi puissant que Williamson lors d’un deuxième saut, une facette du jeu où ce n’est pas évident d’être « franc ». C’est incroyable à quel niveau ça m’impressionne les sauts d’un athlète. Bref, voici un extrait vidéo pour saisir le contenu de mes propos.  

Le docteur de la Californie a vu passer pas moins de 60 % des joueurs de la NBA dans ses bureaux et il demeure sans équivoque : personne n’arrive à la cheville de Williamson dans la catégorie des seconds sauts, des tests où les joueurs devaient sauter 18 pouces pour ensuite y aller d’un deuxième saut consécutif à plein régime. Le résultat est phénoménal. Point. Grâce à cette qualité d’exception, il est toujours prêt à prendre le rebond puisqu’il est pleinement conscient que son deuxième saut n’a aucun égal, même au niveau de la NBA.

Lorsque j’étais ado, je jouais au b-ball, c’était avant l’arrivée de Kobe Bryant et les internet (qui commençaient ben tranquillement) et mon joueur fétiche était Shawn Kemp, qui lui, sautait plus de trois pieds de haut, ce qui m’impressionnait grandement à cette époque. Mais aujourd’hui, Williamson fracasse cette marque qui traînait dans mon coco depuis 24 ans.

Au final, à partir de maintenant, observez attentivement le deuxième saut de Zion.