Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

L’effet Jimmy Butler à Miami

Bien qu’il ait acquis une réputation peu flatteuse au Minnesota, comme quoi il était « toxique » pour le vestiaire d’une équipe, tout semble avoir basculé du bon côté pour Jimmy Butler cette saison.

Acquis via sign-and-trade en provenance de Philadelphie par le Heat de Miami, le small foward étoile a immédiatement eu un impact positif sur l’attitude et l’identité d’une jeune équipe qui n’avait accumulé que 39 victoires l’année précédente.

L’équipe de Sports Illustrated s’est entretenu avec lui à ce sujet, en produisant du même coup un excellent article, au cours duquel le quintuple All-Star a expliqué en quoi consistait son approche par rapport au jeu.

« Je n’ai pas reçu le talent de Dieu. Je ne suis pas le meilleur tireur. Je ne suis pas le meilleur dribbleur. Je ne suis pas le plus athlétique. Pas le plus rapide. », a-t-il affirmé. « Mais je me bat. Je lutte. Je suis dur comme tout et je ne reculerai pas. Voilà mon talent. Je n’ai peur de personne. »

C’est un style que Butler a traîné avec lui tout au long de sa carrière, de Chicago à Miami. Pour lui, travail acharné et volonté de fer se combinent pour former une recette à succès. Il y a bien une raison pour laquelle il a été élu Joueur le Plus Amélioré en 2014-2015.

Cette esprit, cette manière de voir les choses, il a réussi à la transmettre au noyau de jeunes qui représente le futur de la franchise. La pensée de Bam Adebayo, jeune centre ayant été sélectionné à son premier Match des étoiles en carrière cette année, illustre bien celle de toute l’équipe à l’endroit de son nouveau leader.

« Lorsque j’ai vraiment appris à le connaître, je me suis dit qu’il n’était pas un mauvais gars. Il se fixe juste un standard élevé, alors il veut fixer un standard élevé pour ses coéquipiers. C’est une grosse raison pour laquelle il aide. Il nous va. C’est un gars du Heat. »

– Bam Adebayo

À 30 ans, Butler soigne son jeu plus que jamais et se concentre sur sa polyvalence, au point où ses moyennes de rebonds captés et des passes décisives effectuées par match sont les meilleures de sa carrière. De fait, son rendement de 20.6 PTS, 6.8 REB et 6.2 AST lui a permis d’accéder à son cinquième All-Star Game.

Sans oublier que le Heat tient présentement le quatrième rang dans l’Est avec une fiche de 37-22, accomplissement qu’on doit en grande partie au travail de Jimmy.

Une chose est sûre ; le futur s’annonce prometteur à Miami.

1- Steph n’est pas heureux de la décision.

2- Pas mal, Jayson.

3- Gilbert Arenas sur le comportement de Kobe.