Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

LeBron James, MVP de 2020?

Plusieurs partisans et analystes de la NBA croient fermement que le prochain titre de Joueur le plus utile de la ligue devrait revenir, presque par défaut, à Giannis Antetokounmpo. Alors qu’il est vrai que le Greek Freak a été le meilleur basketteur du circuit depuis le lancement de la campagne, la candidature d’un certain LeBron James pour le trophée de MVP commence à gagner en pertinence.

Est-ce que LeBron est vraiment dans la course au plus important prix individuel?

Évidemment, rien n’est coulé dans le béton jusqu’à ce que les votes soient comptabilisés, une fois le calendrier 2019-2020 de la NBA arrivé à sa fin. Qui sait, un autre gars pourrait aussi venir brouiller les cartes avec une surprise de fin de campagne.

Nous savons que Luka Doncic, James Harden, Kawhi Leonard, Damian Lillard et même récemment Russell Westbrook étaient des noms qui se sont glissés dans la conversation à un moment ou à un autre de la saison. Toutefois, si les prix devaient être distribués aujourd’hui, Giannis aurait fort probablement un deuxième trophée de MVP pour décorer son salon.

Il mène la formation avec la meilleure fiche du circuit (52-9) grâce aux phénoménales moyennes de 29.6 PTS, 13.8 REB, 5.8 AST, 1 STL et 1.1 BLK par rencontre, le tout en tirant le ballon avec une efficacité de 55%.

Ces statistiques monstrueuses témoignent aussi d’une amélioration à presque tous les chapitres, surtout au périmètre ; Antetokounmpo réussit ses triples à une fréquence de 31%, comparativement à 25.6% l’an dernier.

S’il a pu se décrocher le prix du Joueur le plus utile de 2019 avec des nombres similaires, qu’est-ce qui peut l’empêcher de le rafler à nouveau en 2020? C’est pourquoi certains croient même que la question devrait plutôt être à savoir s’il le remportera de façon unanime ou non, de là provient la notion de « MVP par défaut ».

Le King, lui, aimerait ajouter quelque chose : « Pas si vite. »

À sa 17ème campagne, James figure toujours parmi l’élite de l’élite et démontre à nouveau à quel point son impact sur les parquets de la NBA n’est pas à sous-estimer. Son club est premier dans la conférence opposée, même avec une présence limitée de son acolyte Anthony Davis.

Peu avaient réussi à prédire que les Lakers de Los Angeles (46-13) exerceraient une telle dominance sur la ligue. Des parts de crédit doivent être attribuées aux efforts de plusieurs joueurs, notamment certains noms en sortie de banc comme Alex Caruso ainsi qu’à l’entraîneur-chef Frank Vogel qui fait un excellent travail avec sa formation.

Néanmoins, c’est LeBron James qui manie le gouvernail de la franchise, le crédit lui revient. C’est lui qui détermine si l’équipe est de niveau pour se rendre à l’étape ultime des séries. Il fait donc présentement tout en son possible pour conserver le premier rang de l’Ouest car personne ne sait ce que qui est requis pour atteindre la Finale comme LeBron James.

Comme le titre de MVP a toujours été décerné en prenant en considération le succès de l’équipe, il serait insensé de ne pas donner leur chance aux meilleurs joueurs des meilleures formations. LBJ a bel et bien sa place dans cette compétition.

Il mène tout de même la ligue au chapitre des passes décisives par match avec 10.6, preuve de l’accomplissement de son rôle de meneur. De plus, même à 35 ans, il ajoute 25.5 PTS, 7.8 REB et 1.2 STL par match au tableau. Ce sont des statistiques presque identiques à celles qu’il accumulait en 2012-2013, lorsqu’il a gagné son dernier MVP, son 4ème en carrière.

Un aspect impressionnant de la saison du King de LA est aussi son efficacité. Il tire plus souvent de l’extérieur par match que jamais auparavant cette année et convertit ses 6.3 essais du 3 points à 35%. Ayant déjà joué à une reprise de plus que l’an dernier, il semble aussi plus en forme qu’à sa première campagne dans l’uniforme du mauve et or.

Tous ces facteurs, additionnés d’une éthique de travail incontestable à sa 17ème édition chez les pros, font de la candidature de LeBron James pour le titre de MVP une réalité. Même Alvin Gentry l’entraîneur des Pelicans y croit :

« Je suis stupéfié de voir qu’on parle de quiconque autre que [LeBron James] pour le titre de MVP. »

– Alvin Gentry

La toile a réagi à ces commentaires et des opinions controversées ont commencé à faire surface, redonnant du piquant au débat. Une foule de voix affirme que le small forward de Hollywood n’a pas perdu sa couronne du meilleur joueur de la ligue, même s’il n’a pas été récompensé comme Joueur par excellence de la NBA depuis 7 ans.

Peut-être qu’un 5ème MVP à sa collection pourrait donner raison à ces voix et redorer encore plus le CV d’un des meilleurs de tous les temps. Si c’est le cas, Giannis devra encore attendre avant de porter l’étiquette du visage de la NBA.