La stratégie défensive des Raptors expliquée

Nick Nurse a fait beaucoup avec très peu, cette saison. L’entraîneur-chef des Raptors a réussi à mener une formation défraîchie de sa superstar à une fiche identique à celle de l’an dernier, après le même nombre de matchs. Le départ de Kawhi Leonard a certainement fait mal, mais la nouvelle composition du club force les joueurs à jouer en équipe et à adopter un système collectif. Ainsi, la stratégie défensive des Raptors de 2019-2020 a été mise en marche et elle fonctionne très, très bien. On vante souvent les prouesses défensives de l’équipe, et ce n’est pas par pur hasard.

J’ai décidé de me baser sur une vidéo du Youtuber Coach Daniel afin d’expliquer – en français – ce que font les Raps pour avoir autant de succès.

Gardez donc en tête que le crédit des extraits visuels revient entièrement à Coach Daniel. Vous pouvez accéder à sa vidéo ici.

Mot clé : gap

La base de la stratégie de Nick Nurse tourne autour du «gap» (l’espacement). Afin de mettre davantage de pression sur le joueur qui porte le ballon, les Raptors s’assurent d’avoir plus d’un joueur qui porte attention de façon active à ce qu’il fait. Pour ce faire, il est nécessaire de laisser de l’espace à d’autres hommes, principalement les tireurs postés à la ligne de 3 points.

On va donc souvent voir un défenseur laisser de l’espace à son adversaire qui est positionné en périphérie. Il peut alors aider à contrer un joueur qui déciderait de s’aventurer dans la peinture à partir du haut du terrain.

La rotation défensive parfaite permet donc à deux joueurs d’en contrer un seul, quelque chose qu’on a appliqué pour réduire l’impact de Giannis Antetokounmpo lors des dernières séries.

Et si le porteur de ballon décide de passer à un tireur disponible à la ligne de 3 points… Les Raptors sont excellents pour réduire cet espace, contester le tir ou forcer une autre passe.

Les résultats en chiffre

Cette stratégie défensive a comme but assez clair de limiter les opportunités près du panier, notamment pour les point guards ou joueurs dominants qui aiment amener le ballon de la ligne de trois points à l’anneau. On pense à Russell Westbrook, LeBron James, Giannis Antetokounmpo et Ben Simmons, entre autres.

Et ça fonctionne. Seulement 33% des tirs accordés par les Raptors sont des lay-ups/dunks/tirs très courts – bref, des lancers qui proviennent de tout près de l’anneau. Toronto se classe septième dans la NBA à ce chapitre.

La pression qui est appliquée permet aussi à l’équipe de Nick Nurse de se classer au deuxième rang de la ligue au niveau des revirements provoqués.

Ce schéma brime aussi l’efficacité de la ligne de trois points. Il est contre-intuitif de penser que c’est le cas, considérant qu’on laisse de l’espace aux tireurs… Mais c’est le cas.

Avant-derniers de la ligue pour ce qui est des lancers accordés à longue distance, ils forcent leurs adversaires à tirer de façon terrible de la périphérie. Les équipes ne réussissent que 34.3% de leurs 3-pointers lorsqu’ils affrontent les Raptors – la plus basse moyenne de la ligue.

Pourquoi? Les joueurs sont agressifs pour contrer les tirs, peu importe qui lance. La preuve réside dans le fait que les Raptors sont au premier rang de la ligue avec 43 tirs de 3 points bloqués.

Voilà le génie de Nick Nurse – et la qualité de l’exécution des Raptors de Toronto, l’une des meilleures équipes défensives de la NBA.

Image par défaut
Kevin Vallée
Kevin Vallée est le fondateur d'AlleyOop360, animateur de l'émission de radio au 91.9 Sports. Après plus de 6 ans d'expérience dans le monde du blog, il se lance dans les médias à la radio et sur les réseaux sociaux avec comme but de populariser le basketball.
Publications: 807