Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Si la saison devait être annulée…

Optimistes comme pessimistes, les partisans de la NBA mentiraient s’ils affirmaient qu’ils savaient si le jeu était pour reprendre avant l’automne. L’incertitude est toujours le mot d’ordre et malgré les développements, on ne sait pas si la saison actuelle de la NBA pourra connaître son dénouement, et si oui, quand. Il faut donc envisager le pire. Qu’adviendrait-il si la ligue annonçait l’annulation complète de la saison 2019-2020?

Qu’en serait-il des records battus? Qui figurerait au sommet des palmarès?

Avant d’affirmer que les parquets de l’association ont déjà été foulés pour la dernière fois de la saison, il faut se rappeler que l’état-major de la NBA, Adam Silver, les franchises du circuit et l’association des joueurs (NBPA) travaillent tous quotidiennement pour trouver des solutions aux problèmes qu’imposent la crise de la COVID-19.

De nouvelles propositions sont apportées sur la table puis explorées à chaque jour. Notamment, la possibilité de terminer les matchs du calendrier actuel à Las Vegas ou aux Bahamas a été soulevée. Même Disney World serait une destination à considérer pour accueillir le circuit de basketball professionnel…

Tout de même, aucun plan n’a encore été mis en marche, ce qui nous rappelle que ce n’est pas l’homme qui décidera du futur proche de la NBA, mais bien le virus. L’instabilité plane tout autant qu’avant aux États-Unis et il faut réellement songer à une saison coupée courte, peu importe à quel point la ligue est avant-gardiste.

Les meneurs

Donc adonnons-nous à un léger exercice, par simple plaisir de supposition. Si la saison de la NBA de 2019-2020 était vraiment arrivée à sa fin, sans date ultérieure de continuation, qui seraient les meilleurs marqueurs, capteurs de rebonds, passeurs, défenseurs d’anneaux et voleurs de ballon?

Pour les points moyens récoltés par joute, le palmarès est surplombé par une vedette barbue prévisible. Le reste du top 5 pourrait en surprendre quelques uns, surtout avec Bradley Beal au deuxième rang.

  1. James Harden (34.4 PTS)
  2. Bradley Beal (30.5 PTS)
  3. Giannis Antetokounmpo (29.6 PTS)
  4. Trae Young (29.6 PTS)
  5. Damian Lillard (28.9 PTS)

Ensuite, le décompte des meilleurs passeurs aurait une allure un peu différente qu’à l’habitude. LeBron James mène le peloton pour la première fois en carrière avec sa plus haute moyenne de passes décisives à vie. Il est intéressant de voir deux autres jeunes meneurs de jeu de plus de 6 pieds 7 pouces dans le palmarès en Ben Simmons et Luka Doncic.

  1. LeBron James (10.6 AST)
  2. Trae Young (9.3 AST)
  3. Ricky Rubio (8.9 AST)
  4. Luka Doncic (8.7 AST)
  5. Ben Simmons (8.2 AST)

Cette année, les grands récolteurs de rebonds s’en sont donné à cœur joie en amassant des moyennes extraordinaires de rebonds. Andre Drummond se retrouve au sommet pour la 4ème fois de sa carrière. Hassan Whiteside qui a redoré son blazon chez les Trail Blazers refait une apparition agréable parmi la liste.

  1. Andre Drummond (15.2 REB)
  2. Hassan Whiteside (14.2 REB)
  3. Giannis Antetokoumpo (13.7 REB)
  4. Rudy Gobert (13.7 REB)
  5. Domantas Sabonis (12.4 REB)

Pour les tours de contrôles patrouillant autour des anneaux maintenant, nous avons les meilleurs bloqueurs de tirs. C’est une sélection de gaillards très colossale qui inclue plusieurs noms familiers accompagnés de quelques surprises. Premièrement, Rudy Gobert le Joueur défensif par excellence en titre n’a pas sa place parmi le top 5, figurant plutôt au 6ème rang (2 BLK). Hassan Whiteside nous impressionne à nouveau, cette fois-ci en s’imposant fermement comme le meilleur protecteur de panier pour la saison.

  1. Hassan Whiteside (3.1 BLC)
  2. Brook Lopez (2.4 BLC)
  3. Anthony Davis (2.4 BLC)
  4. Myles Turner (2.2 BLC)
  5. Kristaps Porzingis (2.1 BLC)

Toutefois, les meilleurs défenseurs du circuit ne sont pas que ceux qui accumulent les blocs. Le vol de ballon est aussi un art que seuls les plus érudits du côté défensif maîtrisent parfaitement. Voici le top 5 des athlètes avec le plus grand nombre de ballons volés par match, incluant évidemment Kawhi Leonard. De façon plus surprenante, Fred VanVleet des Raptors y fait sa première apparition et Ben Simmons continue de construire un dossier pour être reconnu comme l’un des plus habiles défenseurs en menant le lot.

  1. Ben Simmons (2.1 VOL)
  2. Kris Dunn (2 VOL)
  3. Andre Drummond (1.9 VOL)
  4. Fred VanVleet (1.9 VOL)
  5. Kawhi Leonard (1.8 VOL)

Deux records inusités

Les statistiques individuelles ne sont pas tout, mais un autre élément intéressant qui peut être observé quand on étudie la liste des marqueurs les plus prolifiques a un lien avec l’âge.

Si la saison terminait aujourd’hui, pour la première fois de l’histoire, quatre athlètes de 21 ans ou moins maintiennent des moyennes de 21 points par match ou plus. Ce record vaut la peine d’être souligné, ça témoigne directement du talent exceptionnel qui entre dans la ligue de nos jours.

Rappelons-nous que pendant plusieurs années, les jeunes basketteurs pouvaient tenter leur chance chez les pros à l’âge de 18 ans. Depuis que cette règle a été abolie, c’est à 19 ans qu’on peut se présenter au repêchage. Malgré le changement, un record de la sorte est quand même défait aujourd’hui… en 2020.

Les noms qui font partie de cette sélection remarquable sont les suivants :

  1. Trae Young (21 ans, 29.6 PTS)
  2. Luka Doncic (21 ans, 28.7 PTS)
  3. Jayson Tatum (21 ans, 23.6 PTS)
  4. Zion Williamson (19 ans, 23.6 PTS)

Les prouesses ne s’arrêteraient pas là. James Harden et Russell Westbrook sont des habitués du livre de records de la NBA, et qu’est-ce que serait une saison de la NBA sans un record statistique écrasé par l’un des deux gardes?

Les deux Rockets sont reconnus pour leur combinaison d’habiletés individuelles à marquer le ballon et à le distribuer. Ils l’ont démontré davantage cette année en récoltant chacun des moyennes supérieures à 25 points et 7 assistances par rencontre.

Il va sans dire; un record. C’est la toute première fois que deux coéquipiers réussissent l’exploit dans l’histoire du ballon orange. Ce fait intéressant ne fait que témoigner de la singularité de ce duo absurde, si similaire et si différent à la fois.

Si la campagne ne voyait jamais sa conlusion, les Rockets de Houston (40-24) figureraient au 6ème rang de la conférence de l’Ouest. James Harden terminerait avec 34.4 PTS, 7.4 AST et 6.4 REB par match avec un tir de 3 points réussi à 35.2%. Russell Westbrook aurait quant à lui récolté les moyennes de 27.5 PTS, 7 AST et 8 REB par match en tirant de l’extérieur à seulement 25.4%.

– Jalen Green saute le collège et passe par la G-League :

– Découvrez la sensation internationale Deni Avdija :

– James Harden aide 5000 familles à se nourrir :

– Joyeux anniversaire au grand Kareem Abdul-Jabbar :