Norman Powell apprend le langage des signes et l’espagnol pendant la quarantaine

Le guard des Raptors de Toronto, Norman Powell, utilise son temps libre en quarantaine afin d’apprendre le langage des signes ainsi que l’espagnol.

Powell, dont sa mère était une éducatrice en besoin particulier, a étudié le langage des signes lorsqu’il était à l’Université de la Californie, et il a repris son apprentissage en raison du temps libre causé par l’arrêt de la saison de la NBA.

« J’ai toujours trouvé que c’était une belle langue à apprendre et à faire partie de, et j’aime cette communauté. C’est un de mes passe-temps et un de mes intérêts secondaires depuis mon enfance. »

– Norman Powell

Powell est immédiatement revenu chez lui à Las Vegas, lorsque la saison fut suspendue. Les Raptors ont pu lui livrer un panier de Basketball et des poids afin qu’il puisse s’entraîner.

« Ils ont fait un excellent travail pour s’assurer que nous étions entièrement équipés pour pouvoir faire des exercices à la maison. »

– Norman Powell

Le guard des Raptors utilise aussi son temps libre afin de faire du vidéo sur les aspects de son jeu qu’il a à améliorer.

« J’ai fait un excellent travail en ce qui concerne les temps morts, étant en quarantaine et en parlant avec les entraîneurs, Patrick Mutombo et Adrian Griffin. Ils m’ont envoyé des films pour que je les regarde, qu’ils les décortiquent et que je vois où je peux m’améliorer. »

– Norman Powell

Avant que la saison soit abruptement suspendue, Powell connaissait sa meilleure saison en carrière. Il cumulait des moyennes de 16.7 PTS, 1.8 AST et 3.7 REB en 44 parties.

-Beau geste de la WNBA :

-Première joueuse sélectionnée au repêchage de la WNBA :

-Le retour du sport bientôt selon Trump :

Image par défaut
Philippe Lefebvre
Publications: 61