Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Un coéquipier montréalais de MJ se remémore son éthique de travail

Dans la foulée du documentaire The Last Dance sur la fin de carrière de Michael Jordan dans les couleurs des Bulls, les histoires et anecdotes au sujet de la légende du sport refont surface un peu partout sur les réseaux sociaux, depuis quelques jours. Francis Jette de JET7BASKET a profité de cette vague « MJ » pour soulever un témoignage fort intéressant qu’il a recueilli en 2011 auprès de Bill Wennington, natif de Montréal et ancien coéquipier du GOAT de 1994 à 1998.

I was so excited about #TheLastDance, I’ve created a Canadian version featuring Montreal native Bill Wennington ! I had a chance to interview Bill when he visited Montreal back in 2011 and he shared his insights about the ‘94-‘98 Bulls.Hope this will inspire Canadian players!

Posted by Francis Jette on Sunday, April 19, 2020

Wennington n’avait qu’éloges et fleurs à lancer à son ancien coéquipier des Bulls de Chicago, malgré la sévérité et l’intensité de ce dernier. Cet aspect acharné qui teintait la personnalité de Michael Jordan était aussi l’un de ses plus grands atouts. Le shooting guard légendaire tentait d’utiliser cette fureur pour motiver ses coéquipiers lors des entraînements. C’était sa façon d’agir comme leader.

« Michael nous parlait très fort en pratique, il nous poussait dans le but de devenir de meilleurs joueurs chaque jour. (Ce qui m’impressionnait) de jouer avec lui, de l’observer et de le voir travailler si fort, c’est que même si nous savons tous à quel point il était talentueux, il travaillait aussi fort ou plus fort que n’importe qui d’autre. C’est pourquoi c’est le meilleur joueur de tous les temps. »

– Bill Wennington qui discute de Michael Jordan

Ayant eu la chance de l’observer de près, l’ancien athlète de Montréal est l’un des mieux placés pour parler de l’éthique de travail inouïe d’un des plus grands de l’histoire du sport. C’est donc sans surprise qu’il poursuit ses louanges en qualifiant son ancien acolyte de meilleur joueur à avoir foulé les parquets de la NBA, une opinion encore partagée par la majorité à ce jour.

Si The Last Dance supporte la légitimité de cette croyance davantage, les commentaires de Wennington ont un effet identique. Il ajoute que l’appétit insatiable de Jordan était tel qu’il n’avait pas le choix de se transmettre au reste de la formation. Chaque jour, Michael aspirait à faire de ses coéquipiers de meilleurs basketteurs.

« Nous avons eu des combats lors des pratiques… et c’était une bonne chose. »

– Bill Wennington sur les entraînements des Bulls de Chicago

Le centre réserviste des Bulls des années 1990 a précisé que d’avoir un homme qui travaille de la sorte comme exemple était une source phénoménale de motivation. C’est ce qui l’encourageait à mettre plus d’effort au quotidien… son inspiration. Il accorde même le crédit pour la longueur de sa propre carrière professionnelle de 15 ans à l’éthique de travail de Michael Jordan sans laquelle Wennington aurait peut-être lancé la serviette plus tôt.

Cette disposition si compétitive est un principe qui a marqué Bill Wennington pour le reste de ses jours. Il adhère à cette mentalité de persévérance – se rapprochant drôlement à la fameuse Mamba Mentality de Kobe Bryant – et tient même à propager sa version du message que Air Jordan lui a fait comprendre par ses actions.

« Si vous savez que vous avez donné votre effort maximal, que vous ayez du succès ou non, c’est le plus que vous pouvez faire et si vous avez accompli cela : vous avez atteint le succès. »

– Conseil de vie de Bill Wennington

Le message saturé d’espoir du joueur retraité des Bulls témoigne à nouveau de l’impact infini que le grand Michael Jordan a pu avoir auprès de gens à travers le monde. Une autre raison qui fait de lui le GOAT aux yeux de tant.

Michael Jordan et Bill Wennington
Photo : Manny Millan/Sports Illustrated via Getty Images

Bill Wennington est passé par le collège St-John’s pour faire la transition entre Montréal et la NBA. Après avoir passé 6 saisons (1985-1991) dans la grande ligue chez les Mavericks de Dallas puis les Kings de Sacramento, le gaillard de 7 pieds a décidé de poursuivre un championnat dans la ligue professionnelle d’Italie.

De retour en sol américain après deux ans, maintenant champion, il se joint aux rangs des Bulls de Chicago pour y compléter les 7 dernières campagnes de sa carrière. Durant cette période inoubliable, Bill contribue à la conquête de trois autres championnats (1996, 1997,1998).

Même s’il n’aura pas fait partie de l’alignement du premier « three-peat », Wennington pourra se souvenir du deuxième comme étant l’une des meilleures expériences de sa vie. Le centre a maintenu les moyennes de 5.1 PTS, 2.7 REB et 0.6 AST par match en sortie de banc lors de son séjour en Illinois.

Remerciement spécial à Francis Jette pour l’entrevue.

– Découvrez ce que pensent les critiques du lancement du populaire documentaire :

– On en connait plus sur l’équipe élite de Jalen Green :