Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Deni Avdija: la fierté israëlienne

Il y a environ deux semaines, Deni Avdija faisait une apparition surprise à l’émission Get Up de ESPN pour se déclarer éligible au repêchage 2020 de la NBA. Le tout ne faisait pas de doute puisqu’il est considéré comme l’un des meilleurs espoirs de cette cuvée et le meilleur joueur qu’Israël n’a jamais conçu.

Déjà très mature pour son âge, l’ailier du Maccabi de Tel Aviv évolue en Euro League depuis les deux dernières saisons. Ses statistiques ne représentent pas ce qu’il peut accomplir sur un terrain puisque l’an dernier, il ne participait qu’à environ 14 minutes par match dans des situations ne lui permettant pas de montrer l’étendue de son talent. Lors des 26 parties auxquelles il a pris part, il a cumulé 4 points par match en plus de 2.6 rebonds et 1.2 passes décisives.

Avec des statistiques comme ceux-ci, pourquoi Avdija est classifié parmi les 5 meilleures espoirs de la cuvée?

Du haut de ses 6 pieds et 9 pouces, Avdija maîtrise déjà bien le jeu défensif et utilise sa taille à son avantage. Quoique manquant encore un peu d’expérience en man to man, son énergie et sa vitesse lui permettent de rivaliser avec tous les ailiers et mêmes les ailiers forts d’un alignement adverse. Plus il prendra de l’âge et plus il se développera physiquement, ce qui lui permettra d’ajouter un jeu physique à son talent brut.

Un autre bel atout d’Advija est sa vision de jeu. Même s’il est loin d’avoir les capacités d’un meneur de jeu à ce niveau, il pourrait tout de même bonifier l’offensive dans un rôle secondaire de passeur. L’Israëlien peut se trouver des deux côtés du pick and roll et souvent s’en sortir avec la bonne pièce de jeu, même contre des professionnels de la ligue Européenne. C’est un créateur de jeu au QI élevé ayant la capacité de finir le jeu tout comme le commencer. Ce sera une qualité de taille pour lui dans sa progression car la NBA évolue en ce sens aussi, meilleures occasions peu importe d’où le tir viendra.

Un côté qui sera certainement à améliorer sera ses tirs du lancer-franc. Surtout à la position de small forward, il est rare qu’un joueur ne réussisse pas plus de 60% de ses free throws. L’an dernier avec son club, sa moyenne était de ,556% sur 0.7 tirs francs tenté par match. Pourtant, cela n’enlève absolument rien à son tir de trois points qui ne cesse de s’améliorer. Sa mécanique, selon Zachary Cohen de Forbes – qui a eu la chance de le voir évoluer l’an dernier, a des défauts qui ne sont pas incorrigibles. Le corps se penche trop ver la droite lors de l’élan du tir, il devra tenter de toujours le diriger vers le panier pour une meilleure efficacité. En fait, il a fait la comparaison de Brandon Ingram lors de sa transition des Lakers de Los Angeles aux Pelicans de la Nouvelle-Orléans, qui est devenu une vraie menace sous ses nouvelles couleurs.

Que deviendra Deni Avdija dans la NBA?

Il se taillera très probablement une place de choix dans n’importe quel effectif qui le choisira. Une organisation comme les Warriors pourrait s’intéresser étant donné les richesses de leur effectif et l’expérience qu’elle donnerait à l’athlète de 19 ans. Il ne serait pas surprenant qu’Avdija devienne un ailier fort au cours de sa carrière et ayant examiné son style de jeu, il s’accoutumerait bien avec Karl-Anthony Towns des Timberwolves du Minnesota ou Deandre Ayton des Suns de Phoenix.

Pour ce qui est de l’avenir du joueur, il ne faut pas s’attendre à une merveille comme Luka Doncic. Ce dernier avait remporté le titre de MVP dans la même ligue où Avdija ne jouait que 14 minutes par match. Plusieurs s’entendent sur une comparaison avec Danilo Galinari, une production de 15 à 20 points par match sur une grande longévité. Il y a de grandes chances qu’il se développe différemment que l’ailier fort du Thunder d’Oklahoma City vu sa vitesse et sa vision du jeu.

Surveillez-donc ce joueur en vue du prochain repêchage.