Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Top 5 : les joueurs les plus surpayés de la NBA

D’énormes contrats ont été octroyés depuis l’explosion du cap salarial en 2016. Alors que plusieurs signatures lucratives ont changé l’allure de certaines franchises, d’autres sont plus regrettables, dont les cinq joueurs suivant.

5. Tobias Harris (76ers)

Les 76ers ont fait sauter la banque pour Tobias Harris quelques mois après avoir payé cher pour ses services dans un échange avec les Clippers. Harris est sans doute le meilleur joueur sur cette liste, mais sa fiche statistique de 19.4 PTS et 6.8 REB par match ne justifie pas son impact salarial de 32,7M$ par année (15e plus élevé de la ligue).

4. Mike Conley (Jazz)

Le Jazz a reçu un cadeau empoisonné en acquérant Mike Conley et son contrat démesuré. En effet, Conley était déjà surpayé avant même de connaître une énorme régression la saison dernière. À moins que le vétéran retrouve la forme de ses bonnes années à Memphis, la formation de l’Utah regrettera de devoir payer plus de 30M$ par année à Conley jusqu’en 2021.

3. Otto Porter Jr. (Bulls)

Tout comme Mike Conley, Otto Porter Jr. a changé d’adresse après avoir signé un contrat lucratif et sa nouvelle formation n’a pas reçu le fruit de l’investissement. L’ailier des Bulls a marqué seulement 11.9 PTS par match cette saison et sa moyenne de rebond a chuté de 5.5 par match en 2018-2019 à 3.4 en 2019-202. Bref, son impact salarial de 27,2M$ par année devrait être divisé en deux.

2. Paul Millsap (Nuggets)

Millsap amorce la dernière année d’un énorme contrat signé en 2017 et les Nuggets se réjouissent assurément d’arriver à la fin du pacte. En effet, le vétéran était le joueur le plus payé de son équipe avant la prolongation de contrat de Jamal Murray qui commencera la saison prochaine. Avec des statistiques chutant d’année en année, Millsap est sans aucun doute indigne d’un salaire plus élevé que celui de son coéquipier Nikola Jokic.

1. John Wall (Wizards)

Le nom de John Wall sonne comme un souvenir du passé à ce point dans sa carrière. Pourtant, le point guard de 29 ans est seulement à la première année d’une énorme prolongation de contrat signée en 2017. Wall n’a participé qu’à 73 matchs depuis qu’il a mis son nom au bas d’une entente qui lui vaudra plus de 40M$ par année jusqu’en 2023, un des pires contrats de l’histoire de la NBA.

– Quinn Cook inclut Kevin Durant dans ses cinq meilleurs joueurs de tous les temps

– La WNBA et la G-League suivront la NBA en passant des ballons Spalding aux Wilson