Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Tom Thibodeau : les T-Wolves allaient bien après avoir échangé Jimmy Butler

Jimmy Butler a changé d’adresse à quelques reprises, au cours des deux ou trois dernières années. Après son passage à Chicago, il a peiné à vraiment trouver sa place, mais semble parti pour rester avec le Heat de Miami. Durant cette période, il a connu un séjour de 17 mois assez rocailleux au Minnesota.

Arrivé en juin 2017, Butler n’était tout simplement pas au bon endroit avec les Timberwolves. Certes, il a été élu au Match des étoiles en raison de son niveau de jeu, mais c’est au niveau de la chimie d’équipe que c’était plus difficile.

Tom Thibodeau, l’entraîneur-chef des Timberwolves à cette époque, a expliqué au Woj Pod vendredi que l’équipe s’est bien portée après le départ de Jimmy.

Thibodeau explique que l’organisation attendait la bonne offre. Logique, à première vue. Mais c’est tout de même curieux que si elle attendait à juste titre la bonne offre, elle n’ait pas accepté les cinq choix de première ronde que les Rockets lui ont offert en retour de son wing vedette.

Sans doute un moyen de ne pas réunir James Harden, Chris Paul et Jimmy dans la même équipe.

La vraie bonne offre, pour le directeur-général Scott Layden, ça a finalement été Robert Covington, Dario Saric, Jerryd Bayless et un choix de deuxième tour en 2022 de la part de Philadelphie, le 12 novembre 2018. Une association qui ne durera que 55 matchs, d’ailleurs.

Après cette transaction, Thibodeau était satisfait de l’allure de l’équipe.

« Si tu regardes ce que l’équipe a fait après cet échange, elle a très bien fait. Je pense que notre fiche après ça était d’environ 15 victoires et 10 défaites, avec un différentiel de +4.0 points, ce qui est assez bon. »

– Tom Thibodeau

Les T-Wolves ont toutefois terminé la saison 2018-2019 au 11e rang dans l’Ouest avec un dossier de 36-46.

– J.Cole sait tout de même jouer :

– Si on se fie aux chiffres, c’est possible :

– Certains oublient parfois le talent de Gilbert Arenas :