Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La veuve de Kobe Bryant hérite d’un investissement d’une valeur de 200M$

Vanessa Bryant, la conjointe du légendaire Kobe Bryant, décédé des suites d’un accident d’hélicoptère en janvier 2020, héritera finalement d’une part de 10% dans la compagnie de boissons de sport, BODYARMOR, d’une valeur approximative de 200M$.

On le sait tous : la vision de Kobe Bryant, sur un court de basket, était hors du commun. Du chandail des Lakers à son année recrue, en passant par ses cinq trophées Larry O’Brien, jusqu’à sa médaille d’or aux Jeux Olympiques de Beijing et d’Australie, tout ce que touchait Kobe se transformait en or. Par contre, ce que l’on sait moins, c’est que sa vision à l’extérieur du terrain était tout aussi phénoménale.

En 2014, Kobe Bryant investissait 6M$ dans une compagnie de boisson sportive peu connue à l’époque, du nom de BODYARMOR. Selon lui et les co-fondateurs, le temps était venu d’offrir une boisson offrant l’hydratation que recherchent les athlètes, tout en proposant un produit naturel, à base d’eau de coco. Leur objectif était simple, mais ambitieux : déloger Gatorade (propriété de Pepsi) de son piédestal. Une mission impossible, telle que Kobe les préférait. Il s’agissait, en bout de ligne, d’un pied de nez à la fameuse boisson popularisée par l’idole de Kobe, Michael Jordan, bien ancrée dans la culture populaire et sportive :

« Be like Mike » de Gatorade

Qui se trouvait, finalement, derrière BODYARMOR? Mike Repole, fondateur des marques Vitaminwater et Smartwater, propriétés de Glaceau. Pour vous donner une idée du travail colossal et de l’expertise de Mike Repole, Glaceau vendait pour 1M$ en boisson et eau vitaminée, à sa première année, en 1999; en 2007, son chiffre d’affaires explosait à 1G$ et sera vendue la même année à Coca-Cola, pour 4G$. Tout comme son association avec Shaq et Phil Jackson, Kobe démontrait encore une fois l’importance de s’entourer des meilleurs, afin d’atteindre les plus hauts sommets.

Le premier championnat de Kobe, avec Shaq et Phil Jackson

Le moins que l’on puisse dire, c’est que se fût mission réussie :

  • 2011 : Création de BODYARMOR
  • 2014 : revenus de 10M$
  • 2016 : revenus de 62M$
  • 2017 : revenus de 200M$
  • 2018 : revenus de 425M$

L’objectif à plus long terme de BODYARMOR était clair : devenir la boisson numéro #1 de l’industrie d’ici à 2025. Les partenariats avec les plus grandes organisations sportives au monde ont déferlé rapidement :

  • Boisson officielle de UFC, en 2017
  • Boisson officielle du championnat NCAA, en 2019
  • Boisson officielle de la Major League Soccer, en janvier 2020 (tout juste avant la mort de Kobe)

Ces succès n’étaient pas étrangers au rôle crucial de Kobe Bryant : ambassadeur de marque, siège au conseil d’administration. et metteur en scène des campagnes publicitaires de BODYARMOR. Voici d’ailleurs l’une des premières publicités télé de la compagnie, scénarisée par nul autre que le célèbre joueur des Lakers:

Kristaps Porzingis, pour BODYARMOR

En 2019, BODYARMOR menait la plus grande campagne publicitaire de son histoire, durant le tournoi annuel de la NCAA, avec Kobe Bryant comme metteur en scène :

James Harden et Dennis Mitchell, pour BODYARMOR

En cours de route et en plein cœur de leur montée fulgurante, les droits de distribution de BODYARMOR ont été cédés de Keurig à Coca-Cola, pour une participation de 15%, et une valorisation de 2G$. Par le fait même, la valeur de l’investissement initial de 6M$ de Kobe Bryant, gonflait soudainement à 200M$.

Aux dernières nouvelles, Gatorade/Pepsi est toujours roi et maître du marché des boissons sportives, mais BODYARMOR se retrouve désormais tout juste derrière Powerade (également propriété de Coca-Cola), avec près de 10% du marché. Le partenariat qu’avait conclu Kobe et son équipe, avec la MLS, promettait de s’attaquer au marché global du soccer; tous les espoirs étaient permis.

Avec une guerre qui se dessine entre les deux mastodontes du marché des boissons sportives, Pepsi vs Coca-Cola, et à défaut d’avoir pu profiter de batailles légendaires entre deux dieux du basket sur le terrain, il est bien dommage qu’on n’ait pu assister à la mission de Kobe de déloger la boisson officielle de son idole, Michael Jordan.