Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

J’ai besoin de basketball

Ce texte ne sera pas comme mes 387 premiers. Le texte qui suivra ne comportera pas de statistiques, de pourcentage de tirs réussis et de nombre de points par match. Il ne sera pas question non plus de débattre qui est le meilleur de tous les temps, ou bien de rire des derniers commentaires loufoques de Lavar Ball. Il viendra du p’tit gars de Beloeil qui a vraiment hâte que le basketball recommence…

On ne se le cachera pas, 2020 ressemble présentement à un épisode des Feux de l’Amour si l’on se base sur mon envie grandissante que celle-ci se termine. Le décès de Kobe en janvier, l’arrivée d’une pandémie mondiale, ainsi que les nombreuses manifestations qui tournent au vinaigre alors qu’une cause bien plus grande cherche toujours un appui collectif qui devrait être présent depuis des décennies. Avant l’arrêt du sport, ma plus grande question était d’établir l’alignement de départ des Raptors la saison prochaine, ou bien de savoir qui tentera sa chance avec Karim Mane. Maintenant, c’est de savoir quand je pourrai recommencer à me questionner de la sorte.

Le sport est rassembleur, et il le sera plus que jamais à son retour. S’identifier à une équipe est un plaisir qui nous a été enlevé, mais qui sera savouré lorsque l’opportunité se présentera de nouveau. La NBA, ligue réunissant plusieurs hommes de partout à travers le monde, pourra être utilisée comme pansement sur le début d’année misérable que nous connaissons.. J’ai besoin de m’évader, me rattacher à quelque chose de familier, mais surtout de décompresser. J’ai hâte de revoir les meilleurs athlètes au monde faire ce qu’ils aiment le plus, malgré les circonstances anormales.

Ça fait maintenant près de 3 mois que nous sommes privés de ce privilège que nous avions tant pris pour acquis, celui de pouvoir ouvrir le téléviseur et s’évader le temps de quelques heures dans un duel Lakers-Clippers, ou bien Raptors-Bucks. De voir Luka Doncic nous impressionner en nous rappelant  que cette ligue ne fait que renouveler son bassin de talent. De retrouver Mathieu, Alexandre, Will, Peter et Max à la description et l’analyse des prouesses de Chris Boucher. J’ai hâte. J’ai besoin de basketball, et je ne crois pas que je suis le seul…

– Du basketball jusqu’en octobre ?