Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Huit équipes seront inactives pendant 9 mois et demi

Quelques jours avant qu’Adam Silver n’officialise son plan de retour à 22 équipes, un certain mouvement relativement silencieux s’est formé. Certains dirigeants souhaitaient que la NBA trouve une façon d’inclure les 30 formations dans ce plan. Malheureusement pour huit équipes, elles tombent officiellement en vacances. Qu’est-ce que ça veut dire? Une absence prolongée et inquiétante des parquets.

Les derniers matchs ont été disputés le 11 mars dernier et la saison 2020-2021 risque de commencer autour du prochain temps des fêtes, le 25 décembre 2020.

On parle d’une pause de 9 mois et demi. 289 jours! C’est plus qu’une grossesse. Et ça, c’est long.

Normalement, la saison régulière aurait dû prendre fin le 15 avril et la saison 2020-2021 devait commencer lors de la troisième semaine d’octobre. On parle d’une absence de six mois. Ça demeure considérable, et les joueurs d’équipes éliminées s’absentent du terrain pendant la moitié de l’année.

Mais pensez à un joueur comme Steph Curry, qui s’est habitué à arrêter de jouer en juin. Il a raté une majorité de la saison en raison d’une blessure et devra maintenant patienter très longtemps avant de remettre les pieds sur un terrain de la NBA.

En 14 mois, Steph aura disputé un total de 5 matchs – séparés par des périodes d’absence de 4 mois et 9 mois et demi. Faites le calcul et Curry aura été en action pour une période d’environ une semaine en plus d’un an et demi.

Klay Thompson, lui, se sera absenté pour 561 jours (1 an, 6 mois et 12 jours) avant de pouvoir revenir au jeu.

Certains joueurs vont véritablement s’ennuyer de leur sport et pourraient faire face à des problèmes de santé mentale. Pour plusieurs, le basketball leur permet de s’échapper de leurs problèmes qui sont amplifiés par la situation actuelle, que ce soit en raison de la COVID-19 ou de la lutte contre le racisme.

3 mois et demi additionnels de pause peuvent paraître banals, mais ils ne le sont pas.

Surtout lorsqu’on considère qu’un retour en action pour le 31 juillet aurait pu être orchestré – ne serait-ce que pour deux ou trois semaines – afin que l’absence ne soit que de quatre mois.

Adam Silver sait ce qu’il fait, mais il s’agit de la faille la plus visible qu’on puisse trouver dans le plan de la NBA.