Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

John Collins : portrait d’un joueur sous-apprécié

Nombreux sont les jeunes joueurs qui reçoivent leur bonne part d’attention de la part des partisans et des médias. Peu à peu, une nouvelle génération de joueurs de basketball semble s’installer et tranquillement prendre le contrôle de la ligue. Les joueurs comme Luka Doncic, Trae Young, Zion Williamson et Ja Morant sont dorénavant les chouchous du public et sont vu comme l’avenir du sport.

On parle aussi souvent de Donovan Mitchell, Brandon Ingram, Bam Adebayo, Jayson Tatum, Jaylen Brown, Ben Simmons. Mais un nom qu’on omet presque systématiquement, c’est celui de John Collins.

Et pourtant, Collins a maintenu un niveau de jeu exceptionnel cette année. Repêché en 2017 (en même temps que Tatum, Mitchell et Adebayo), le power forward des Hawks n’est pourtant même pas près d’être reconnu au même titre que ses compères.

Cette année, à sa troisième saison au sein de l’association, Collins a affiché des moyennes de 21.6 PTS, 10.1 REB et 1.6 BLK en réussissant 58.3% de ses titrs, dont 40.1% derrière la ligne des trois points.

Mais personne n’en parle.

Est-ce parce qu’il a été réclamé relativement bas (19e) lors de son repêchage? Est-ce parce qu’il n’a pas la personnalité la plus forte? Est-ce parce qu’à Atlanta, il n’a pas le plus beau marché pour être suivi? Est-ce parce que contrairement à ses camarades, il n’a pas encore pris part à un Match des étoiles? Probablement un mélange de toutes ces raisons.

C’est vraiment dommage, considérant qu’il est assurément l’un des meilleurs jeunes que la NBA a à offrir. À 22 ans, il le dit lui-même : « Je crois que nous [lui et Trae Young] sommes le meilleur jeune duo de la ligue. »

De la belle compagnie

Afin de mieux comprendre la valeur et l’impact de telles statistiques, je me suis permis de faire quelques recherches. Une chose est claire, les résultats ont de quoi faire lever un sourcil ou deux aux amateurs de basketball.

Parmi les joueurs qui ont à un moment de leur carrière connu une saison de minimum 20.0 PTS, 10.0 REB, 1.5 BLK et 55% d’efficacité aux tirs, on retrouve plusieurs légendes de la NBA.

La liste est composée de Kareem Abdul-Jabaar, Shaquille O’Neal, Charles Barkley, Patrick Ewing, Dwight Howard, Giannis Antokounmpo, Artis Gilmore, David Robinson et… John Collins.

Et parmi ces neuf joueurs, un seul a réussi l’exploit tout en tirant pour au moins 40% de la ligne de trois points. Vous l’aurez deviné, c’est aussi John Collins.

Sans vouloir tout dire, cette statistique est tout de même un indicateur que ce jeune possède un futur prometteur. Après tout, parmi tous les joueurs qui auraient le potentiel de le faire, et je pense aux Joel Embiid, Nikola Jokic et Karl-Anthony Towns de ce monde, c’est John Collins qui l’a réussi.

Avec sept matchs d’au moins 30 points et autant de parties d’au moins 15 rebonds en 2019-2020, Collins a déjà prouvé qu’il était capable de produire de belles performances et d’être l’une des pierres angulaires de son équipe.

Et il devrait avoir l’occasion de le prouver à nouveau pendant longtemps à Atlanta.