Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

L’épopée de Jonathon Simmons

Jonathon Simmons possède l’une des histoires les plus impressionnantes de la dernière décennie dans la NBA. Ayant à ce jour disputé 258 matchs dans la ligue, Simmons a dû passer par son propre chemin pour réussir à débuter sa carrière en 2015 dans le circuit Silver.

À 16 ans, Simmons ne mesurait que 5 pieds 7 pouces, mais a obtenu une poussée de croissance le propulsant peu après à 6 pieds 3 pouces. Ayant de la difficulté à l’école, il ne peut prendre le chemin de la NCAA et se doit de joindre un «junior college». Le parcours atypique de l’ancien des Spurs, du Magic, des 76ers et des Wizards débute.

Après un an, il parvient à être transféré à l’université de Houston et à marquer près de 15 points par match, sans toutefois être repêché après avoir décidé de se rendre éligible à l’encan de 2012. 

Près d’un an passe, et après un court séjour dans la ABL, le natif de Houston au Texas décide de débourser 150 dollars de sa poche pour tenter d’obtenir une place avec les Spurs d’Austin, club-école des Spurs. Il sera retenu par l’équipe et connaîtra une excellente saison en 2014-2015, marquant 15.2 PTS par match. 

Par la suite, il mènera l’équipe des Spurs lors de la Summer League de 2015 jusqu’au championnat, en plus de remporter le titre de MVP en marquant 23 points lors du dernier match. C’est suite à ce match que les Spurs ont décidé de lui offrir un contrat d’une durée de 2 ans. 

Après 2 ans à s’établir une niche dans la NBA avec San Antonio, le contrat de Simmons prend fin. Il doit donc se trouver une nouvelle équipe en 2017 et se retrouvera donc avec le Magic d’Orlando. Ce contrat lui assure une sécurité financière pour les années suivantes.

À sa première saison en Floride, Simmons débute 50 des 69 parties auxquelles il prend part. Il connaît sa meilleure campagne en carrière avec 13.9 PTS par match. Il sera échangé aux 76ers dans la transaction amenant Markelle Fultz à Orlando. Il amorcera une pente descendante qui amènera jusqu’à sa libération par Washington en juillet 2019, après avoir été échangé contre une somme monétaire.

Présentement, Simmons ne joue avec aucune équipe de la NBA, mais il sait très bien que rien n’est impossible. Il devra possiblement repasser par la G-League pour espérer revoir un terrain de la NBA un jour, mais s’il l’a accompli une première fois, rien ne l’empêche de reproduire l’exploit. Aux dernières nouvelles, Simmons a rejoint l’équipe des Warriors de Santa Cruz en février dernier avant l’arrêt lié à la Covid-19.

– Le terrain principal à Orlando est dévoilé.