Raptors vs Celtics: 4 choses à retenir

Les analystes étaient d’accord en début de saison : ces deux équipes se rendront aussi loin que les portera la progression de leurs jeunes étoiles. Cet affrontement était l’occasion parfaite de comparer le niveau de jeu des Siakam, Brown et Tatum, tout en s’offrant un avant-goût d’une fort probable confrontation en deuxième ronde des éliminatoires. Malheureusement, à cause d’un effort décevant du côté des Torontois, ce sera partie remise.

Marque finale: BOS 122 – TOR 100

4 choses à retenir:

  1. Manque d’inspiration| Dès le 1er quart, le non-verbal des Raptors témoignait de la performance qu’ils étaient sur le point d’offrir. Des gestes de frustration envers un coéquipier qui rate une couverture défensive ou encore à l’endroit d’un officiel qui appelle une faute pourtant évidente démontraient un état d’esprit déficient. On devra donc attendre les éliminatoires pour voir un duel digne de ce nom entre ces deux équipes qui ont tout ce qu’il faut pour offrir un excellent spectacle, le temps venu.
  2. Première offense | Revirements trop nombreux (18), manque de volonté dans les percées (0 tentative de lancer franc au 1er quart), lenteur (13 points en transition), inefficacité du terrain (42,7%) et surtout du 3 points (26,3%). L’attaque des Raptors n’avait rien à voir avec celle qu’on avait vu depuis le retour au jeu. Personne n’a joué les héros comme Lowry et VanVleet ont su le faire lors des matchs précédents.
  3. Jayson Tatum avant et après février 2020| C’est comme si l’annonce de sa participation au Match des étoiles avait donné le coup de pied au vous savez où à Jayson Tatum pour qu’il prenne la place qui lui revient dans l’attaque des Celtics. Sa production et sa confiance ont explosé et il doit maintenant être la cible des défensives adverses. Ce qui le rend particulièrement difficile à contenir est sa nouvelle habileté à créer une séparation entre lui et son défenseur pour manufacturer de l’espace pour lancer. Il y arrive avec une combinaison de vitesse, de robustesse et de maniement de ballon rarement observée chez des joueurs de son gabarit.
  4. Une nouvelle bête noire pour Siakam | Pascal n’a pas connu son meilleur match offensif ( 11 PTS, 2 REB, 0 AST). Il y a quelques défenseurs dans la ligue qui lui donnent des ennuis : Antetokounmpo, Adebayo, Isaac et on peut ajouter Jaylen Brown à la liste. La constante avec ces joueurs est une combinaison de rapidité et de longueur. C’est pourquoi le #43 des Raptors peine contre des joueurs qui utilisent ses propres armes contre lu. Il devra trouver une façon de diversifier son jeu afin d’être efficace contre ses adversaires potentiels en séries.

La remarque de mon épouse

1er quart « Pfffff »

2er quart « Pffffffffffffffffffffffffffffffffffff »

3e quart « Pffffffffffffffffffffffffffffffffffff, voyons. »

4e quart « … »

– Marie-Laurence

Joueur du match de Toronto

Fred VanVleet 13 PTS, 4 REB, 4 AST

Joueur du match d’Orlando

Jaylen Brown 20 PTS, 6 REB, 2 AST

Image par défaut
Éric Choquette
Quand on va avoir une équipe de la NBA à Montréal, est-ce que je devrai mettre une croix sur mon amour des Raptors?
Publications: 20