LeBron et Davis ne font qu’une bouchée des Rockets

Ça y est, LeBron James a enclenché le mode « playoffs »… et les Rockets de Houston sont en danger. LBJ et son acolyte Anthony Davis exécutent des performances resplendissantes pour administrer un revers à James Harden et sa bande qui ont tout de même livré un excellent combat.

Victoire des Lakers 117-109, la série est sur un pied d’égalité 1-1.

Chez les Lakers de Los Angeles, l’ajout de Rajon Rondo à l’alignement, pour la deuxième fois seulement depuis l’amorce des séries éliminatoires est venu injecter une dose espérée de maniement de ballon et de fougue défensive dans le jeu du Lakeshow. Avec une récolte de 10 PTS, 3 REB, 9 AST et 5 STL, Playoff Rondo a indubitablement laissé sa marque sur la rencontre de dimanche soir.

LA avait finalement accès à ce manieur de ballon d’expérience qui manquait à la formation, jusque là, afin de venir en aide à LeBron. Ce dernier a tout de même été la star du show grâce à une production hypnotisante qui rappelait ses jours à Miami ou Cleveland. Un fait saillant à la fois, James donnait hier raison à mon collègue Alexis Goulet, qui avait mentionné sur les ondes du 91.9 Sports, à l’émission AlleyOop 360 samedi, que le King était en voie de libérer sa forme ultime.

Le meilleur small forward de tous les temps paraissait plus rapide et plus athlétique qu’au fil des dernières semaines, alors qu’il foulait les parquets avec fière allure. Il ajoute au tableau 28 PTS, 11 REB, 9 AST, 4 STL et 2 des plus beaux contres de sa carrière, dont celui-ci aux dépens de Russell Westbrook, où LeBron est simplement sorti de nulle part.

C’était aussi soirée de records pour le numéro 23. Ce dernier a atteint ou surpassé deux plateaux importants, dans les livres d’histoire de la NBA. Il dépasse Ray Allen dans la liste du total de tirs à 3 points réussis en séries éliminatoires et se retrouve maintenant au deuxième échelon, tout juste derrière Stephen Curry.

De plus, le King s’est hissé jusqu’au tout premier rang au chapitre des victoires en playoffs, à égalité avec l’ancien Laker Derek Fisher. LeBron a son nom d’inscrit sur presque toutes les grandes listes d’accomplissements, lors des tournois d’après-saison.

CatégorieRang de LeBron James
Victoires1er (égalité)
Matchs Joués3e
Minutes Jouées1er
Points1er
Rebonds6e
Passes Décisives3e
Interceptions1er
Contres13e
Tirs Réussis1er
3 Pts Réussis2e
Lancers Francs1er

Parfois, la grandeur de James peut être prise pour acquise, surtout lorsque son jeu semble être en déclin. Il a cependant prouvé dimanche, et à quelques reprises dans le cadre des séries, qu’il n’a pas perdu de momentum ou d’athlétisme. À titre de preuve, régalez-vous devant cet incroyable alley oop.

Le point de calvitie derrière le tête à LeBron était pratiquement vis-à-vis l’anneau! Note : c’est sa 17e campagne dans la ligue.

alleyoop360.com-lebron-et-davis-ne-font-quune-bouchee-des-rockets-2020-09-07_10-00-44_466359

AD s’est aussi imposé au match #2, ne laissant pas PJ Tucker obtenir le dessus sur lui, cette fois. Il piétine ses défenseurs avec 34 PTS, 10 REB, 4 AST et un pourcentage de réussite de 63%. Ces statistiques monstrueuses témoignent à nouveau du talent sous-estimé du grand Anthony Davis. Voici les moyennes du Brow en séries, au travers de sa carrière.

Houston, nous avons un Westbrook

Alors que l’entièreté des joueurs dans l’uniforme des Rockets de Houston semblait, à tout le moins, vouloir gagner, Russell Westbrook aurait pu nous persuader qu’il avait d’autres objectifs en tête. Sur le jeu pour Houston, Russ publiait une cote de -14 et un pourcentage de tir de 26%, agrémentés de 7 revirements de ballon et 5 fautes (et quelques air balls). Un ajout de 10 points, 13 rebonds et 4 passes ne justifient pas la performance nauséabonde que Westbrook a mis de l’avant.

Depuis son retour d’une blessure au quadriceps, le point guard partant de l’équipe n’agit pas comme la superstar qu’il est habituellement en mesure d’imiter. En fait, il adopte l’allure d’une nuisance, carrément. Ses statistiques de 47% au tir, 17% au 3 points et 4.2 revirements par joute depuis son arrivée dans les éliminatoires en témoignent parfaitement.

Mike D’Antoni devrait peut-être songer à accorder moins de minutes de jeu à son meneur. Avec Westbrook sur les lignes de côté, James Harden se retrouve conséquemment entouré de quatre tireurs de haut niveau, enrichissant donc ses options de passe lorsqu’il pénètre vers le panier. Avec Westbrook sur le terrain, les défensives adverses n’ont pas besoin d’espacer leur schéma autant; résultant en une clé occupée.

Au moins, le numéro 0 reconnait ses torts et accepte les changements qu’il aura à entreprendre.

L’aspect positif à retenir de la joute de dimanche pour les Rockets est la ténacité de ses joueurs de deuxième plan. Outre la vedette James Harden, D’Antoni obtient une excellente production de la part de ses joueurs de rôle comme PJ Tucker, Robert Covington et Eric Gordon. C’est notamment grâce à ces trois hommes si la défensive de Houston a connu un bond aussi spectaculaire, pour maintenant faire partie des meilleures du circuit. Dimanche soir :

  • PJ Tucker : 18 PTS, 11 REB, 2 AST, 4/7 3PTS
  • Eric Gordon : 24 PTS, 1 REB, 3 AST, 6/12 3PTS
  • Robert Covington : 17 PTS, 3 REB, 1 STL, 1 BLK, 4/8 3PTS

Draymond Green, nouvellement analyste sur le plateau de TNT, a même lancé des fleurs au centre de 6 pieds 7 des Rockets.

L’effort tangible de ces experts de la défensive et du tir extérieur n’était pas suffisant pour surmonter les Lakers, mais assez pour éliminer un déficit de 21 points au 3e quart et prendre les devants pour une portion significative du match. La franchise texane n’a donc certainement pas jeté la serviette encore, elle a les atouts pour faire de cet affrontement de deuxième ronde une série très, très longue. Le prochain rendez-vous aura lieu mardi le 8 septembre à 21h00.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 984