Les Celtics échappent l’avance, Jimmy Butler mène le Heat vers la victoire

Pas une, mais deux remontées auront été nécessaires à Miami pour partir avec la victoire. Boston a contrôlé une bonne partie de la rencontre, mais n’a pas été en mesure de terminer sur une bonne note.

MARQUE FINALE: MIA 106 – BOS 101

LE FEU VERT POUR LES CELTICS

Nul doute que Boston a voulu faire oublier sa défaite crève-cœur du match #1. Les Celtics ont dominé la première demie. Kemba Walker s’est notamment illustré avec 14 points, lui qui n’en avait marqué que 6 en première demie lors de ses trois derniers matchs. Même Enes Kanter a contribué avec 9 points en 8 minutes alors qu’il n’avait à peu près pas vu le terrain en séries jusqu’à présent.

De son côté, le Heat, et particulièrement Jimmy Butler, n’avait pas ses allures de l’équipe la plus en feu de la bulle. Quelque chose dans le jeu de son capitaine semblait clocher. Il a raté 4 de ses 6 lancers, dont un complètement seul sous l’anneau. Seul Duncan Robinson semblait dans son assiette pour Miami, il a fini le match avec 6 lancers de 3 points réussis en 12 tentatives! À la mi-temps, les Celtics s’étaient forgé une avance de 13 points et semblaient en voie d’égaliser la série.

ÊTRE DANS LA ZONE

C’est alors que Miami a abusé des Celtics au troisième quart, par 20 points. L’entracte leur a permis de faire deux ajustements qui ont complètement changé la donne.

  1. Jouer en défensive de zone avec Butler et Crowder sur la première ligne. Les Celtics ont été complètement déstabilisés par la pression des défenseurs du périmètre. Ils n’ont tenté que trois tirs de 3 points et ont commis plusieurs revirements en essayant, tant bien que mal, de faire circuler le ballon entre les gardes et les ailiers.
  2. Exploiter le mouvement créé par les écrans de Bam Adebayo. Le Heat qui avait 11 passes décisives jusque là, en a ajouté 12 au troisième quart. La plupart d’entre elles destinées à Bam Adebayo. Ce dernier arrivait à se frayer un chemin vers le panier à tout coup après ses écrans à cause de la couverture déficiente des Celtics. Il a marqué 15 points au troisième quart, presque tous sur de faciles dunks.

QUI LA VEUT?

Les Celtics tiraient de l’arrière par 7 points au début du quatrième quart, mais ils n’avaient pas dit leur dernier mot. Kemba Walker a pris les choses en main une fois de plus et Boston est même allé jusqu’à prendre l’avance par 5 points avec 4 minutes 25 secondes à jouer.

C’est alors que Jimmy Butler a tenu à rappeler au monde la raison pour laquelle il est la coqueluche des séries jusqu’à présent: ses jeux miraculeux en fin de rencontre. Il a fait deux vols de ballon spectaculaires en l’espace de quelques possessions menant à des paniers faciles en transition.

Il est intéressant de noter qu’avec 21, 21 et 23 points respectivement, les vedettes de Boston, Tatum, Brown et Walker, ont relativement bien fait dans la défaite. Sauf qu’au final, ce sont le jeu défensif et la volonté de gagner de Butler qui auront fait la différence.

Joeurs du match

Miami: GORAN DRAGIC 25 PTS, 5 AST, +10

Boston: KEMBA WALKER 23 PTS, 7 REB, 3 AST

Default image
Éric Choquette
Quand on va avoir une équipe de la NBA à Montréal, est-ce que je devrai mettre une croix sur mon amour des Raptors?

Attitude Football Attitude Football