Jamal Murray avoue qu’il n’avait plus de forces

Personne n’a été sur le terrain pour un plus grand nombre de minutes que Jamal Murray au fil des séries éliminatoires de 2020, avec un total de 710. Au final, le kilométrage que son corps a enduré était simplement trop pour le jeune point guard canadien, du moins, c’est ce qu’il a raconté à Ohm Younmisuk d’ESPN.

alleyoop360.com-jamal-murray-avoue-quil-navait-plus-de-forces-2020-09-27_11-57-30_899507
Crédit : Ashley Landis/The Associated Press

Au match #5 face aux Lakers de Los Angeles – celui qui s’est avéré être le tout dernier des Nuggets, cette année – Murray qui avait été éblouissant tout au long des séries a manqué de jus. Il était à court de miracles, samedi soir, face à l’assaut de LeBron James et ses hommes.

Tout de même, Denver a livré tout un combat lors de cette finale de conférence de l’Ouest, l’équipe n’a jamais abandonné. Malgré la puissance de la volonté de cette jeune formation, l’épuisement et le poids de la bulle se sont vite faits sentir.

Après tout, les Nuggets venaient tout juste de compléter deux autres séries longues et ardues, remontant d’un déficit de 1-3 à deux reprises. De telles épreuves seront certaines de fatiguer même les athlètes les plus endurcis. Chez Murray et Jokic, lors de la cinquième rencontre, c’était parfois évident : le Joker et le Blue Arrow ne marquent que 20 et 19 points respectivement. Pour le natif de Kitchener, ça représente son total le plus bas de la série.

Alors que Nikola était en situation de problème de fautes, très tôt, c’était une autre histoire pour la fierté canadienne. Jamal semblait simplement épuisé sur les parquets et une chute brusque a aussi laissé des séquelles sur son genou et son pied, en deuxième demie. Il arrivait à peine à mettre du poids sur sa jambe droite pour la suite du match.

C’est cette fatigue et cette absence d’énergie qu’a adressé le point guard des Nuggets, tout juste après l’élimination des siens :

« Plus de 80 jours dans cette bulle et plusieurs minutes de jeu. […] Je n’avais pas l’énergie nécessaire pour aider mes coéquipiers. »

Jamal Murray

Humble, Murray a tout de même avoué que la douleur et le manque d’énergie qu’il éprouvait samedi soir ne constituent pas d’excuses valables pour sa performance décevante. Pourtant, le meneur de la franchise a communiqué l’ampleur de la blessure avec laquelle il se croyait forcé de continuer à jouer.

« J’ai une grosse contusion au pied. » a-t-il répondu aux journalistes qui s’intéressaient à son état physique. « Ça me faisait mal tout le match, j’ai changé de souliers, mais ça n’a pas aidé. Oui, j’ai une contusion à l’os du pied aussi (en plus de la douleur au genou). Je n’aime pas dévoiler à tout le monde ce qui me tracasse, je préfère jouer au travers. J’étais en douleur, mais c’est cool, j’étais sur le terrain. »

Jamal Murray

Un dur-à-cuire, ce Jamal Murray. D’ailleurs, ce nom s’est certainement fait connaître de plusieurs amateurs de basketball au fil des dernières semaines, et avec raison. Le point guard étoile des Nuggets de Denver a tout bonnement connu l’un des meilleurs parcours éliminatoires de l’histoire de la NBA, se hissant parmi les meilleurs athlètes du circuit, aujourd’hui. En effet, son statut au sein de la ligue des grands a complètement changé en quelques semaines.

Des records et des culbutes

La superstar a maintenu les moyennes de 26.5 PTS, 6.6 AST et 4.8 REB par match, avec un pourcentage de tir de 50.5% et une efficacité de 45.3% du périmètre au cours des séries de 2020. Il est le seul et unique joueur de l’histoire à connaître un parcours éliminatoire avec ces statistiques, combinées d’une telle efficacité.

Il a aussi été l’auteur de huit tirs à trois points clutch pour s’assurer la victoire, c’est bon pour le deuxième plus haut total de la sorte depuis le tournant du millénaire.

Aussi, il ne faut pas oublier de mentionner ses deux performances magistrales de 50 points, alors qu’il aidait les siens à surmonter pas un, mais bien deux déficit de 1-3 : une première. Précédant cet exploit des Nuggets, seulement 13 clubs avaient complété de telles remontées au fil des ans.

De plus, Jamal a cumulé un total de 504 points durant son épopée du tournoi final. Ce total est le plus haut de l’histoire de la franchise des Nuggets de Denver, il place donc son nom auprès de légendes comme Alex English, Carmelo Anthony et David Thompson. Jokic s’est mérité le deuxième rang avec 464 points. Ça fait beaucoup de paniers tout ça…

Le numéro 27 des Nugs a aussi profité de son temps passé dans la bulle pour offrir aux partisans certains des plus impressionnants lay ups acrobatiques de l’année. En voici deux de ses meilleurs « circus shots » :

Le meilleur joueur canadien de la ligue a obtenu le respect de ses pairs et des médias, une performance inspirée à la fois. Maintenant reconnu comme une superstar dans son domaine de travail, le meilleur est à venir pour Jamal Murray et la concession du Colorado. Denver sera certainement prétendante au titre pour encore plusieurs années. Nous reconnaissons maintenant la conclusion d’un parcours inspirant, plein de messages de justice sociale, de larmes, de sueur et même de sang. Merci, Jamal.

– Malik Beasley arrêté pour possession de marijuana :

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 970