Jimmy Butler est satisfait de sa première saison à Miami

Les séries éliminatoires de la NBA viennent tout juste de se terminer, et l’amour que j’ai pour Jimmy Butler a grandi tout au long de celles-ci. Il a su élever son jeu d’un cran et a transporté son équipe en finale, contre toute attente. Maintenant, c’est l’heure de prendre un pas de recul et évaluer ce qui est arrivé dans la dernière année.

À sa première année avec le Heat de Miami, Jimmy Butler s’est bien débrouillé. En fait, il a fait mieux que ça. Il ne s’est pas tout simplement « bien débrouillé ». Il a été plus qu’excellent.

Butler a permis au Heat de participer aux séries éliminatoires, chose qu’il n’avait pas réalisée lors de la dernière campagne. Il a su aider l’équipe à disposer d’un dossier de 44 victoires et 29 revers, bon pour le cinquième rang dans l’Est.

Il en a ajouté une couche supplémentaire en séries éliminatoires, mais surtout en finale. Il a réalisé un triple-double à deux reprises, un dans le match numéro 3 ainsi qu’un autre dans le cinquième duel de la série. Il a été phénoménal.

Par contre, Butler et le Heat ont été éliminés en 6 matchs contre les puissants Lakers. Après la défaite, Jimmy y est allé d’un message de remerciement via son compte Twitter :

« Merci Miami, l’entière organisation du Miami Heat, coach Spo, nos coachs, et mes coéquipiers pour notre incroyable première saison. J’apprécie l’amour de la part de la Heat Nation et nos fans. Il vaut mieux croire que nous allons revenir. »

Jimmy Butler

Jimmy Butler semble être très satisfait de sa première saison passée à Miami, et c’est tout à fait normal. Le Heat, qui pourrait se retrouver comme étant une destination ciblée pour plusieurs joueurs étoiles lors du prochain marché des joueurs autonomes, sera à surveiller dans les prochaines années.

Si Jimmy Butler peut continuer à leader cette équipe, et qu’elle peut insérer encore un ou deux joueurs vedettes, elle sera dangereuse.

  • Ça, c’est drôle.
  • Incroyable
  • Sweet.
Image par défaut
Marc-Olivier Cook
Publications: 12