Donald Trump attire l’attention vers les cotes d’écoutes à la baisse lors de la Finale

Le président américain en poste n’a définitivement pas mené à terme sa campagne de dévalorisation de la NBA, pourtant l’une des entreprises les plus profitables de sa précieuse économie. Donald Trump s’est servi de son énorme plateforme Twitter pour lancer des flèches au circuit Adam Silver en mettant en évidence la chute de « presque 70% » des cotes d’écoutes pour le match ultime de la série opposant le Heat de Miami aux Lakers de Los Angeles, plutôt que de féliciter les nouveaux champions de l’univers basketball.

À son apogée, le match #6 de la Finale de 2020 attirait environ 6 millions de téléspectateurs. En comparaison, le match #6 de la Finale de 2019, sans LeBron James et incluant un club du Canada, en comptait plus de 18 millions (aux États-Unis). Comme mon collègue Dominic Gildener l’a si bien indiqué dans sa dernière chronique à ce sujet, plusieurs facteurs sont à dénoncer quand il en vient à la cause de cette baisse massive.

Ces chiffres, recensés en sol américain, représentent en fait une chute de 66%, non pas le 70% que Trump aime parader. Alors que cette glissade est bel et bien catastrophique, le président de nos voisins du sud n’aide pas la cause, lui qui s’adonne à un exercice d’amoindrissement du basketball depuis un moment.

La chute historique des cotes d’écoutes de la NBA devrait cependant trouver son remède très bientôt, lorsque la ligue pourra offrir son produit complet – plus excitant et divertissant pour l’amateur moyen – aux partisans, dès que les fans seront permis dans les arénas. Le manque d’ambiance et de partisans dans la bulle d’Orlando, justement, a été l’une des sources de désintérêt envers les matchs présentés.

De plus, le basketball avait à entrer en compétition avec toutes les autres ligues majeures sportives en Amérique du Nord, lorsque tout a recommencé presque au même moment, pour l’attention des téléspectateurs.

Le streaming illégal en ligne est aussi un coupable de taille à dénoncer, car de plus en plus de jeunes se régalent devant leurs sports, émissions et films préférés sans débourser un sous, de nos jours. Ce fléau qui ne sera certainement pas dompté de sitôt, est derrière le problème de la NBA, en grande partie.

L’un des derniers facteurs à considérer est la voix de Trump justement, lui qui crache sur cette ligue depuis déjà quelques années. Ses adeptes qui qualifient maintenant l’association de basketball de « trop politique » ont donc rapidement détourné le regard de ce produit « inutilement polarisant ».

Pourtant, réclamer de l’égalité raciale et de la justice n’a rien à voir avec la politique.

Alors que Donald Trump continue de célébrer les difficultés d’une business de chez lui, ses cotes à lui, aussi, sont en baisse. Joe Biden a remporté les sondages aujourd’hui, à nouveau.

Aux Dernières Nouvelles

Default image
Liam Houde
Liam est étudiant en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son but principal est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément important de la culture.

Attitude Football Attitude Football