Beverley, Harrell et Williams irrités par le traitement spécial que recevait Kawhi Leonard

L’élimination des Clippers en deuxième ronde n’a pas fini de faire couler de l’encre. Les détails concernant la chimie de cette équipe continuent d’être scrutés à la loupe par les médias et selon The Athletic, le traitement spécial envers Kawhi Leonard aurait été une source importante de problèmes.

En effet, les joueurs des Clippers se disent satisfaits de l’embauche de Tyronn Lue alors que plusieurs membres du vestiaire étaient irrités par les faveurs que Kawhi Leonard recevait de Doc Rivers :

« Les joueurs comme Beverley, Harrell et Williams – les fondations de l’équipe avant l’arrivée de Leonard et George – s’hérissaient quand Leonard avait la permission de prendre des soirées de repos et de vivre dans sa résidence de San Diego, ce qui le rendait souvent en retard pour les vols de l’équipe. L’équipe permettait également à Leonard de dicter son temps de jeu et de dire à Doc Rivers quand il voulait sortir ou non du match, entre autres. »

Jovan Buha et Joe Vardon, The Athletic

Rappelons que le nouvel entraîneur-chef Tyronn Lue a été témoin de toutes ces histoires alors qu’il évoluait comme adjoint chez les Clippers. En d’autres mots, Lue devrait savoir quelles erreurs ne pas répéter s’il souhaite améliorer la chimie du vestiaire.

Ceci dit, il s’agit d’une réaction plutôt étrange de la part des coéquipiers de Kawhi Leonard. En effet, les critiques quant à ses retards sont légitimes, mais le fait de gérer son temps de jeu afin d’optimiser sa forme physique est tout à fait normal pour un joueur de la trempe de Kawhi Leonard. L’ancien des Raptors a mérité son statut de joueur étoile et bien qu’il ne soit pas encore une légende comme MJ ou LeBron, Kawhi n’est pas juste un joueur comme les autres.

Ce n’est d’ailleurs peut-être pas une coïncidence si Kawhi était plus en santé cette année que lors des saisons précédentes. À 29 ans, Leonard a en effet joué 57 des 72 matchs de sa formation cette année. Autrement dit, Kawhi était en uniforme pour 79% des affrontements, son plus haut total depuis 2016-2017.

Bref, la conclusion semble évidente : quand tout va bien, personne ne se plaint. Quand tout va mal, les joueurs cherchent les coupables.

– Bradley Beal jette une douche d’eau froide sur les rumeurs d’échanges.

– Isiah Thomas ne lâche pas le morceau.

– Est-ce qu’on y croit?

Aux Dernières Nouvelles

Default image
Manuel Villeneuve
Diplômé de l'Université de Sherbrooke et adepte de statistiques avancées, Manuel souhaite partager sa passion du sport ainsi que son amour pour la rédaction à travers des textes soignés et approfondis.

Attitude Football Attitude Football