L’excellente saison de DeMar DeRozan passée sous le radar

Dans une conférence de l’Ouest saturée de guards aux talents exceptionnels, il est difficile d’y faire sa place et de se mériter du temps d’antenne, lorsqu’on doit faire compétition à des joueurs comme Stephen Curry, James Harden, Damian Lillard, Luka Doncic, Chris Paul, Russell Westbrook, Devin Booker, Jamal Murray ou Donovan Mitchell. C’est le cas pour l’ancien Raptor DeMar DeRozan qui a connu une saison remarquable à San Antonio, mais qui est totalement passé sous le radar.

Non seulement a-t-il accompli un exploit d’efficacité qui n’a pas été atteint depuis Michael Jordan, mais DeMar a maintenu des moyennes offensives dignes d’une sélection All-Star, mais sans être toutefois être récompensé de la sorte. Il est donc temps de lui donner son moment sous le feu du projecteur.

Voici ses moyennes récoltées par match en 68 apparitions, lors de la saison écourtée de 2019-2020, incluant la bulle de Disney World. Il présente ici sa meilleure récolte de points depuis 2017-2018 à Toronto et sa meilleure efficacité au tir en carrière :

  • 22.1 PTS
  • 5.5 REB
  • 5.6 AST
  • 1 STL
  • 34 MIN
  • 53.1% FG

En réussissant près de 53% de ses tirs totaux, le meilleur marqueur de son club a d’ailleurs égalé un record établi par nul autre que Michael Jordan; aucun autre guard depuis MJ n’a récolté plus de 20 points en tirant le ballon à 53% (minimum de 15 tirs par match).

Un tel rendement témoigne de l’évolution qu’a connu « DeFrozen » au cours de sa carrière, lui qui a presque entièrement abandonné le tir à trois points pour se concentrer sur sa quête vers le statut de maître de la mi-distance. Ce dernier connaissait une efficience de 25.7% de l’extérieur cette année, mais en seulement 0,5 tentatives par match sous Gregg Popovich.

Au lieu de suivre la courbe de progression de la NBA, le Mid-Range Prince bifurque plutôt dans une direction opposée, en prenant et en pratiquant encore plus de lancers de mi-distance. Les résultats de cette méthode ont, jusqu’à maintenant, été positifs. Sa finesse autour du panier est elle aussi plus raffinée que jamais, alors qu’il manoeuvre la clé comme presque personne d’autre en est capable.

En effet, il figurait cette année au 15e rang de l’association au chapitre des tentatives de lancers francs, puis au 12e échelon en termes de lancers francs réussis. Son activité sous l’anneau a non seulement été prolifique pour sa récolte de paniers, mais aussi pour faire de DeRozan un vrai paratonnerre à fautes.

Alors, si l’All-Star à quatre reprises a mis de l’avant une campagne d’une telle qualité, tout en surpassant son acolyte LaMarcus Aldridge comme meilleur joueur de sa formation, pourquoi a-t-il été ignoré au Match des étoiles?

La réponse est simple. L’abondance de talent dans les backcourts des équipes de l’Ouest ne permet pas à tout le monde de participer aux festivités du Match des étoiles, malheureusement – même pour certains hommes qui y mériteraient leur place, comme DeMar.

Devant lui, les noms des joueurs sélectionnés aux positions d’arrières et de meneurs sont ceux de James Harden, Damian Lillard, Luka Doncic, Chris Paul, Russell Westbrook, Devin Booker et Donovan Mitchell. Déjà, ça fait beaucoup de guards étoiles pour une seule conférence.

Un autre facteur à considérer lorsqu’on veut expliquer pourquoi le numéro 10 des Spurs a été ignoré de cette façon, est celui de la popularité. DeMar DeRozan est simplement moins populaire que certains vétérans établis comme Chris Paul et quelques vedettes montantes comme Donovan Mitchell et Devin Booker qui présentent plus d’excitation et de plaisir dans un match amical comme celui des All-Stars.

De plus, il faut aussi se rappeler que le shooting guard devenu small forward de San Antonio évolue à contre-courant de ce que la NBA veut présenter comme produit, c’est-à-dire un jeu plus périphérique avec une foison de trois points.

Malgré tout, si DeRozan continue à se concentrer sur ses forces au sein de l’un des meilleurs systèmes offensifs de la ligue, entouré de tireurs de l’arche, il devrait encore présenter les statistiques nécessaires afin d’être considéré comme All-Star et, de façon encore plus importante, tenter de ramener sa concession en séries éliminatoires.

– Les Knicks intéressés par VanVleet :

Aux Dernières Nouvelles

Default image
Liam Houde
Liam est étudiant en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son but principal est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément important de la culture.

Attitude Football Attitude Football