La NBA évite 1,5 G$ en pertes grâce à la bulle d’Orlando

Selon ce que rapporte John Lombardo du Sports Business Journal, la NBA aurait dépensé 180 millions de dollars américains pour faire fonctionner la bulle d’Orlando pendant 100 jours. Il s’agit d’un investissement important, mais qui en valait la peine puisque la ligue aurait perdu environ 1,5 milliard de dollars américains si la saison ne s’était pas terminée.

Une grande partie de cette somme d’argent que la NBA a évité de perdre grâce à la reprise de la saison provenait des différentes ententes avec des chaînes de télévision pour la diffusion des matchs. 

Heureusement pour Adam Silver et ses partenaires d’affaires, aucune des personnes présentes à Walt Disney au cours des derniers mois, des joueurs aux entraîneurs, n’a contracté la COVID-19. Ce qui a permis au circuit de terminer sa saison et de couronner une équipe championne au bout du compte, comme prévu.

Avant même que la présente campagne ne s’entame, la NBA avait déjà perdu énormément d’argent à cause de la forte réaction de la Chine à un tweet de Daryl Morey. Quelques mois plus tard, l’arrivée de la pandémie allait bien sûr empirer les choses. 

Après une longue interruption de la saison, l’idée de la bulle, qui a été exécutée presque à la perfection, a permis à la ligue professionnelle de basketball américaine d’éviter le pire. Toutefois, l’absence de partisans dans les estrades, qui représente une des sources de revenus les plus importantes pour les 30 équipes de l’association, s’est aussi fait ressentir financièrement.

La saison 2020-2021

Malgré des cotes d’écoute plus basse que la normale, la NBA semble être en avance d’un point de vue technologique. Avec une forte présence sur internet, la ligue a récemment battu des records en matière de trafic sur ses différentes plateformes numériques.

La saison la plus longue de l’histoire de la NBA est maintenant terminée. Pour la suite, il sera intéressant de voir comment et surtout dans quelles conditions la prochaine campagne va se dérouler. Bien entendu, tout va dépendre de l’évolution de la pandémie d’ici là.

Image par défaut
Dominic Gildener
Dominic étudie en journalisme à l'Université de Montréal. Il est passionné par la NBA depuis l'âge de 10 ans. À l'aide de sa plume, il souhaite partager cette passion avec le public. Il se dit satisfait de voir la popularité du basketball augmenter au Québec.
Publications: 223