Marcus Smart signe une fabuleuse lettre sur The Players’ Tribune

La plateforme The Players’ Tribune nous a offert un autre bijou, une lettre dans laquelle Marcus Smart vante la bulle, parle d’injustice sociale et partage son expérience avec la COVID-19.

Plusieurs joueurs étaient réticents à tout laisser derrière pour aller terminer la saison dans la bulle d’Orlando. Marcus Smart était parmi les sceptiques, mais son avis est différent après le succès de la NBA à Orlando :

« Quand ç’a été annoncé, je redoutais l’idée de vivre dans cette foutue bulle comme pratiquement tout le monde. Pas de famille? Pas d’amis de l’extérieur? Pas de mets cuisinés maison? J’étais préparé pour une mauvaise expérience, pour ne pas mentir. Mais vous savez quoi? La bulle était finalement assez géniale. Pas nécessairement la nourriture, ou l’atmosphère, et surtout pas le fait que nous nous soyons rendu loin sans gagner, mais seulement l’aspect bulle de la chose le calme. »

Bien que le calme de la bulle ait été décrit par certains joueurs comme un ennui, Smart, lui, dit avoir apprécié tout le temps libre qu’il avait pour « prendre du recul et réfléchir » sans devoir se préoccuper des soucis de la vie quotidienne.

Une année comme aucune

L’an 2020 est une période difficile pour tout le monde et Marcus Smart n’a pas été épargné. En effet, le joueur de 26 ans a été l’un des premiers joueurs de la NBA à contracter la COVID-19 alors que les Celtics avaient affronté Rudy Gobert et le Jazz dans la semaine précédent l’arrêt des activités.

« Mon expérience avec le coronavirus en est une à écrire.

Exactement cinq jours avant l’arrêt des activités, nous affrontions Rudy Gobert et le Jazz… et ma copine m’avait préparé un party de fête surprise avec mes coéquipiers. Donc quand la nouvelle du shutdown est arrivée, j’avais déjà un mauvais pressentiment. Le match contre le Jazz et mon party, je me disais que toute l’équipe allait tester positif.

En revenant à Boston, personne n’avait de symptôme, mais je me doutais que les mauvaises nouvelles s’en venaient. Puis, un matin, mon téléphone vibre. C’était un texto du physicien de l’équipe : ‘Hey, Marcus. Est-ce qu’on pourrait se parler?’. J’ai tout de suite su ce qu’il avait à me dire.

[…] Pas très longtemps après, mon père m’appelle et me dit que lui aussi a attrapé le virus. À ce point, je ne vous mentirai pas : j’avais la trouille. Mon père a 74 ans. Il a un long historique de problèmes respiratoires incluant 6 ou 7 batailles contre des pneumonies au cours des dernières années. […] Toute ma famille se préparait au pire, attendant des nouvelles… puis miracle : mon père était asymptomatique.

[…] Tout ce qui arrivait à moi et mon père était déroutant et difficile à comprendre. Des milliers et des milliers d’Américains de l’âge de mon père meurent du virus. Même des gens de mon âge sont morts. Tout ce que nous vivons en ce moment est un gros mystère. Mais une chose est certaine : cette bataille est plus grosse que les individus. Ça nous concerne tous. »

Comme si bien décrit par Marcus Smart, les temps sont difficiles, et pas seulement en raison du virus. En effet, 2020 nous a rappelé que la vie d’un Noir en Amérique est compliquée, une réalité à laquelle les Afro-Américains n’échappent jamais. Athlète professionnel ou pas, temps de pandémie ou année normale, le racisme systémique a les racines profondes et qui de mieux pour nous le rappeler qu’un riche joueur de la NBA victime de racisme malgré son statut social :

« Moi et la discrimination, le profilage racial, nous nous connaissons depuis longtemps.

Pendant mon enfance au Texas […], à l’université […], et le racisme n’a pas arrêté quand je suis arrivé dans la ligue en 2014.

 […] Je pourrais continuer à raconter [mes histoires d’arrestations non justifiées], malheureusement. Mais la chose que je retiens dans la plupart de ces histoires est que les propos racistes sont trop souvent lancés devant des enfants. Ça m’aide à me rappeler que le racisme n’est pas quelque chose d’inné, mais plutôt quelque chose qui s’apprend. Et le fait que certaines personnes puissent apprendre de telles choses à la jeunesse par le biais de leurs mots et actions est ce qui me brise le cœur.

C’est ce qui m’amène à mon dernier point, ce avec quoi je veux vous laisser :

Malgré tout ce que nous avons vécu cette année, j’ai encore beaucoup d’espoir pour l’avenir de notre pays, et je peux vous dire que c’est grâce aux jeunes.

Ce sont les jeunes qui me rendent optimiste. […] J’ai vu tellement d’enfants accompagner leurs parents dans les protestations, tenant leurs pancartes, et je vous le dis : ces jeunes, ils comprennent. Ils comprennent que l’amour est meilleur que la haine, que jamais un innocent ne devrait être blessé ou assassiné, que tout le monde mérite d’être traité équitablement et que nous sommes tous là-dedans ensemble. »

Évidemment, la lettre signée par Marcus Smart est beaucoup plus longue et élaborée que les citations utilisées pour cet article et tout le monde devrait y jeter un coup d’œil : https://www.theplayerstribune.com/posts/marcus-smart-nba-boston-celtics-covid-racial-injustice.

Aux Dernières Nouvelles

Default image
Manuel Villeneuve
Diplômé de l'Université de Sherbrooke et adepte de statistiques avancées, Manuel souhaite partager sa passion du sport ainsi que son amour pour la rédaction à travers des textes soignés et approfondis.

Attitude Football Attitude Football