Stan Van Gundy embauché à la barre des Pelicans

Zion Williamson et les Pelicans ont leur nouvel entraîneuf-chef, l’illustre Stan Van Gundy.

L’ancien entraîneur des Pistons a convaincu l’état-major des Pelicans grâce à ses habiletés de vulgarisateur, c’est-à-dire qu’il arrive en Nouvelle-Orléans avec le mandat d’être « un professeur pour les jeunes joueurs » de l’organisation.

Outre ses aptitudes pédagogiques, Van Gundy devrait avoir un impact sur la défensive des Pels. En effet, 8 des 11 équipes entraînées par Van Gundy au cours de sa carrière ont terminé dans le top 10 de la NBA en termes de rating défensif.

L’embauche du plus vieux des frères Van Gundy représente tout de même une surprise considérable alors que le nom de son frère cadet, Jeff, circulait davantage dans les rumeurs du carrousel d’entraîneurs. Jeff Van Gundy sera toutefois encore en considération, lui qui est associé aux Rockets par certains analystes.

À 61 ans, le nouvel entraîneur des Pelicans présente une fiche de 523 victoires et 384 défaites (.577) dans la NBA ainsi qu’un dossier de 48-43 (.527) en séries éliminatoires. Van Gundy a notamment mené le Magic d’Orlando à une participation en finale en 2009 et les Pistons à un championnat en 2004 alors qu’il agissait à titre de président et assistant entraîneur.

Van Gundy hérite d’un des emplois les plus attrayants de la NBA alors qu’il aura l’occasion de diriger un alignement débordant de jeune talent en Zion Williamson, Brandon Ingram, Lonzo Ball et Jaxson Hayes.

Plus que deux postes à combler

Maintenant que les Pelicans, les Pacers, les Clippers et les 76ers ont mis fin à leur processus d’embauche, Oklahoma City et Houston sont les seules formations toujours à la recherche d’un entraîneur-chef.

La liste de candidats potentiels se fait évidemment de plus en plus courte alors que Mike D’Antoni est désormais le plus gros nom sur le marché devant Kenny Atkinson, Mark Jackson, Nate McMillan, Sam Cassell et John Lucas, entre autres.

Image par défaut
Manuel Villeneuve
Publications: 556