Devons-nous dire adieu au small-ball des Rockets?

Lorsque les Rockets de Houston ont introduit leur tout nouvel entraîneur-chef Stephen Silas dans le cadre de leur conférence de presse officielle, l’organisation a aussi profité de l’occasion pour partager vaguement son plan d’attaque en vue de la prochaine saison, suite aux nombreux changements qui ont été apportés à l’équipage. Sans trop grande surprise, le directeur général Rafael Stone a donc laissé savoir que la stratégie audacieuse de small-ball, qui était récemment devenue synonyme de l’identité de la concession texane, ne ferait probablement pas son retour.

Sans Daryl Morey et Mike D’Antoni – soit les deux architectes de cette offensive négligeant les big men pour mettre l’emphase sur les stats avancées, la rapidité, le tir extérieur et un système gravitant autour d’une étoile – les Rockets se retrouvent conséquemment sans la ligne directrice qui dictait leurs gestes depuis quelques années.

Après l’échec répété du stratagème, Tilman Fertitta et l’état-major de la franchise n’avaient d’autre choix que d’appuyer sur le bouton « redémarrer ». Voilà maintenant que Rafael Stone, nouvellement promu au poste de DG à Houston, rassure en avouant qu’il ne prête pas allégeance aux notions de small-ball qui ont été implantées au sein de cette organisation.

« Nous n’amorcerons définitivement pas la saison morte en disant, vous savez, ‘nous ne voulons aucun joueur plus grand que 6 pieds, 7 pouces’ » a dit Stone, en référence à l’effectif de très petite taille que présentent actuellement les Rockets. « Nous voulons de très bons joueurs de basketball. Nous ne surprendrons pas personne en disant que nous ne sommes pas intéressés par des hommes de grande taille, mais qui ne sont pas bons au basketball. Nous ne sommes pas engagé à quoi que ce soit. »

Préparez-vous donc pour une formule bien différente sur le terrain pour l’équipe de Stephen Silas, dès le 22 décembre prochain. On pourra peut-être alors dire adieu au small-ball pour de bon, mais reste que certains aspects fondamentaux de cette version moderne du basketball ont changé les habitudes d’autres clubs et athlètes de la NBA, agissant de tremplin important dans l’évolution de ce magnifique sport.

Néanmoins, cette stratégie – ou l’une de ses variantes – fera assurément son retour au sein de la grande ligue très bientôt. Qui sait, peut-être les Nets de Brooklyn pourraient même devenir les prochains meneurs de cette révolution?

En 2019-2020 – avec PJ Tucker (6 pieds, 5 pouces) comme pivot partant pour la majorité de la saison – les Rockets de Houston ont tout de même présenté une fiche de 44-28 en se hissant au 4e rang de la conférence de l’Ouest, avant de voir leurs lacunes être exposées au grand jour par les Lakers et LeBron James au deuxième tour des séries éliminatoires.

Découvrez le nouveau coach qui succèdera à D’Antoni :

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 969