Les plus hauts salariés de la NBA en 2020-2021

Oui, la pandémie de la Covid-19 a durement affecté les coffres de la NBA, qui a connu des pertes financières approchant le milliard de dollars américains, mais Adam Silver tenait tout de même à conserver un plafond salarial identique à celui de l’an passé, en 2020-2021. Alors que les joueurs devront cependant faire des dépôts de trois ans d’environ 18% de leur salaire pour permettre cette notion de normalité, certains hommes empocheront des bagatelles importantes dans les prochains mois.

Voici un top 10 des joueurs les mieux rémunérés lors du prochain calendrier régulier, qui débute aussi tôt que le 22 décembre prochain.

Klay Thompson
Crédit : Getty Images

10 – Klay Thompson

Le Warrior n’a peut-être pas foulé les parquets d’une aréna de la NBA depuis plus d’un an, mais la deuxième moitié des Splash Brothers sera quand même l’un des plus grands salariés de tout le circuit, se méritant 35,36M$ au fil de de l’imminente saison.

Ayant conclu une entente de cinq ans et 190M$ en 2019, le tireur d’élite s’est assuré un futur très confortable, même s’il devait se blesser à nouveau. Ce sont ce genre de récompenses qu’on obtient lorsqu’on contribue de la sorte à la conquête de trois championnats.

9 – Paul George

Certains sceptiques, en réponse aux performances de PG-13 lors des plus récentes séries éliminatoires, diront qu’il ne mérite pas la somme de 35,45M$. George aimerait croire qu’ils ont tord.

Prêt à revenir en force et en pleine forme cet hiver, le small forward des Clippers aura à effacer certaines erreurs du passé pour regagner la confiance de l’amateur moyen et pour prouver qu’il a bel et bien une valeur de 137 millions sur quatre ans.

Après tout, il s’agit ici d’un joueur de haut talent qui a donné du fil à retordre à LeBron James dans l’Est pour plusieurs années avant de figurer dans les courses au titre de MVP et de Joueur Défensif par Excellence, la même année à Oklahoma City, il n’y a de ça qu’un an.

Son contrat est peut-être lourd, mais néanmoins, c’est un prix moins cher payé que ce que les Clippers ont offert au Thunder pour l’acquérir.

8 – Blake Griffin

Plusieurs d’entre vous seront possiblement surpris de voir Blake Griffin au sein de cette liste. Or, le gaillard fera presque 40M$ en 2022, s’il décide d’appliquer son option (une décision facile). Au prochain calendrier régulier, Griffin se méritera 36,8M$.

À 6 pieds 9 pouces, le power forward est seulement le deuxième plus grand athlète du top 10. Cette information en dit long sur la valeur graduellement diminuée qu’attribuent les franchises de la NBA à ses big men. Les Pistons ont confiance en Blake, eux, mais il devra faire beaucoup plus que juste dunker pour justifier de telles sommes d’argent. Griffin en est capable.

7 – Kevin Durant

L’un des hommes sur cette liste qui mérite pleinement son salaire est KD. Le hasard veut aussi que ce soit lui le plus grand joueur du top 10 des basketteurs les mieux rémunérés, mesurant 6 pieds 11 pouces.

Alors qu’il est vrai que, oui, 39M$ en 2020-2021 est une bagatelle qui correspond bien aux talents de Durant, il faut souligner que les Nets lui ont offert un tel contrat en sachant pleinement qu’il ne serait pas en uniforme pour l’entièreté de sa première année de contrat; KD a gagné 37,2M$ l’an dernier, sans jamais toucher au ballon.

C’est principalement ce facteur qui rend son entente de 164M$ étalés sur quatre ans si discutable, car, malgré son talent exceptionnel, le sacrifice d’une saison représente beaucoup d’argent que les Nets déboursent pour une production inexistante, en retour.

Brooklyn est aussi toujours incertaine quant à l’apport du Slim Reaper à son retour, lui qui s’est absenté si longtemps. Ce contrat pourrait s’avérer être un pari risqué, si l’ancien MVP ne retrouve jamais sa forme d’antan.

Toutefois, s’il revient au niveau de meilleur marqueur du circuit, ou quelque chose qui s’y apparente, le gamble en aura valu la chandelle.

6 – LeBron James

Surprenant que le King n’ait pas sa place au sommet de cette liste, lui qui règne pourtant toujours sur le royaume NBA avec une main de fer? Eh bien, contrairement à ce que le dicton veut, on ne récolte pas toujours les fruits de ce que l’on sème.

Quand même, LeBron gagnera 39,2M$ dans les prochains mois. Il n’y a rien de mal avec ça, parce qu’après tout c’est toujours lui l’athlète le plus fortuné de l’association, grâce à ses nombreuses ententes de commanditaires.

Ses revenus totaux incluant ce que lui rapporteront les commanditaires, les publicités et les autres projets dans le milieu du film et de la télé – en plus de son salaire officiel – s’élèvent jusqu’à 94,2M$ pour l’année, selon Forbes. Digne d’un roi.

5 – James Harden

The Beard lance maintenant le bal des gardes! Effectivement, le top 5 des joueurs de la NBA aux plus volumineux salaires en 2020-2021 ne met de l’avant que des point guards ou des shooting guards.

Essayez de deviner l’identité des quatre prochains hommes sans descendre plus bas dans la page…

Pour ses services au cours de la prochaine saison, James sera récompensé avec 41,25M$, que ce soit dans l’uniforme des Rockets ou sous d’autres cieux.

S’il le voulait, Harden pourrait éclipser tous ses collègues dès 2023, en paraffinant une prolongation de contrat de 103M$ pour deux ans, ce que lui auraient déjà proposé les hommes en cravate de Houston selon Adrian Wojnarowski. Découvrez ici la raison de son refus :

4 – John Wall

Ayant été relégué aux oubliettes dans la mémoire de plusieurs partisans du sport, Wall donne encore des maux de tête aux Wizards qui sont dans l’obligation de le payer à un rythme moyen d’environ 42 millions de dollars par année. En 2020-2021, c’est une somme de 41,25MS qu’il touchera, tout comme Harden.

Cette entente qu’il a négocié en 2018 a hanté la franchise de Washington pendant deux ans, lorsque le point guard partant de l’équipe s’est rendu à l’infirmerie pour une blessure au tendon d’Achilles, subie dans sa propre demeure.

Heureusement, Wall devrait faire son grand retour au jeu au mois de décembre 2020, après avoir été absent pendant une période de temps qui semble avoisiner l’éternité. Selon ses dires, il reviendrait meilleur que jamais.

3 – Russell Westbrook

Depuis la requête qu’a fait Westbrook à l’état-major des Rockets dans le but d’être échangé, Houston aurait remarqué que le marché des transactions pour Russ est presque inexistant, selon les sources d’ESPN. Entre autres, son contrat qui lui rapportera 41,36M$ est à blâmer.

Tilman Fertitta aura beaucoup de difficulté à trouver preneur pour un joueur difficile à « plug in » comme le Brodie. En fait, c’est très possible que Westbrook ne soit obligé de conserver son maillot des Rockets; il pourrait ne pas bouger du Texas dans les prochaines semaines.

Un meneur de jeu avec un taux d’utilisation aussi haut que son efficacité est basse est certain de faire sourciller plusieurs concessions, lorsqu’il vient avec une telle étiquette de prix. Malgré son titre de MVP en 2017, le consensus est que Russell Westbrook, à 32 ans, est trop grassement rémunéré.

2 – Chris Paul

Dans la course des « point guards qui obtiennent un salaire qui correspond plus à leur production d’il y a quatre ans », Chris Paul mène le peloton côte à côte avec Westbrook. Le vétéran se méritera aussi 41,36M$ l’an prochain.

Ce cachet que les Suns de Phoenix ne semblaient pas chétifs à l’idée d’endosser représente l’avant-dernière année inscrite au contrat de Paul (la dernière année est une option de joueur). En 2021-2022, c’est plus de 44 millions que le meneur demandera.

Chris aura intérêt à en profiter puisqu’il ne reverra plus de tels contrats après 2022, lorsqu’il sera âgé de 37 ans. À ce moment là, une retraite qu’il pourra bâtir sur une montagne d’argent pourrait arriver prématurément, mais CP3 voudra probablement partir à la chasse d’une bague de championnat avant d’accrocher ses chaussures.

1 – Stephen Curry

En 2020-2021, Steph Curry des Warriors de Golden State devance toute la compétition en se méritant un salaire annuel de 43 millions de dollars américains, dans le cadre de l’avant-dernière campagne inclue dans son entente.

Le point guard de Golden State a justifié ce passage à la banque en méritant le trophée de MVP à deux reprises en plus de soulever le Larry O’Brien trois fois. Chef Curry aura peut-être bientôt 33 ans, mais il est toujours considéré comme le meilleur meneur de jeu sur la planète, jusqu’à ce qu’on le détrône.

L’homme qui sera immortalisé un jour au sein du Temple de la Renommée en tant que meilleur tireur à trois points de l’histoire peut continuer de gâter sa femme Ayesha Curry, ainsi que ses trois enfants, sans se soucier de problèmes d’argent. D’ailleurs, sa maison à 31 millions n’est qu’un des nombreux témoignages de sa richesse.

LeBron James fête ses 36 ans contre les Spurs de San Antonio ce soir.

– Kevin Porter Jr. est encore dans l’eau chaude :

– À la surprise de personne, Andre Durmmond choisit de prendre son option :

– Rajon Rondo génère de l’intérêt des Hawks, mais a les Clippers dans sa mire :

– De 5 à 10 équipes pourraient accueillir des partisans au sein de ses arénas :

– Encore un an à San Antonio pour DeMar DeRozan :

– Jabari Parker fait de même :

– Rodney Hood, lui, renonce à son option de 6M$ :

– James Ennis aussi décline et tentera d’aller chercher plus que 2,1M$ :

Aux Dernières Nouvelles

Image par défaut
Liam Houde
Liam est étudiant en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son but principal est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément important de la culture.
Publications: 637