Un ancien coéquipier de Karim Mané se dit confiant en vue de son parcours dans la NBA

Ayant eu la chance d’évoluer aux côtés de Karim Mané au sein de l’effectif des Cheetahs du Cégep Vanier, dans le cadre des saisons 2017-2018 et 2018-2019, Mauricio Rivera s’est confié à AlleyOop360 pour discuter de la jeune sensation montréalaise qui effectuera bientôt ses premiers pas sur des parquets de la NBA. Maintenant étudiant à l’Université McGill, l’ancien coéquipier de Mané s’est avoué confiant face au futur de Karim en tant que membre du Magic d’Orlando. Mauricio s’est aussi exprimé sur l’évolution qu’a connu son ancien collègue, ainsi que sur Andy Hertzog, anciennement entraîneur-chef de l’équipe.

« Je sais qu’il est de calibre, je sais qu’il a l’attitude nécessaire. »

– Mauricio Rivera

Juste avant le repêchage de 2020, il n’y a de cela que quelques semaines, Mauricio ne pensait pas nécessairement de voir son coéquipier faire le bond directement du Cégep vers la NBA. D’ailleurs, ce n’est certainement pas quelque chose qu’il avait envisagé lorsque les deux jeunes hommes ont débarqué au collège Vanier à titre de recrues, en 2017.

Rivera, qui amorçait alors ses études en sciences humaines, ne connaissait pas initialement le nom de Karim Mané. Toutefois, il a rapidement fait connaissance des traits particuliers du jeune athlète, que Mauricio, d’entrée de jeu, qualifiait de « lanky » (de grande envergure) et « athlétique ».

« En arrivant à Vanier, je connaissais plusieurs recrues, mais je ne le connaissais pas vraiment lui [Karim]. Je savais qu’il avait un très grand frame (cadre), il était compétitif et il l’a toujours été, dès day one. C’était le genre de gars qui voulait garder le meilleur starter de l’équipe opposée. »

Les caractéristiques qui définissent la plus récente acquisition à deux volets de la concession du Magic lui sont donc propres depuis longtemps. Le jeune homme travaillant qu’est Karim Mané est non seulement un témoignage parfait de l’archétype du joueur élite montréalais, mais il est aussi l’un des premiers à rêver très grand, très tôt.

Or, grâce à son éthique de travail – qui le différenciait de ses pairs – c’était possible d’ambitionner de la sorte.

« Il avait toujours en vue des projets plus grands. […] Par exemple, si un step-back 3 points c’était un mauvais shot pour lui, plutôt que d’arrêter de le pratiquer – comme plusieurs d’entre nous, on fait – lui, il continuait de le pratiquer jusqu’à temps que ça devienne un bon shot. »

Mauricio, un guard gaucher tout droit sorti de l’école secondaire de l’Île, à Gatineau, nous a aussi avoué que son ex-coéquipier n’a pas seulement développé ses aptitudes sur le terrain au fil de son escale à Vanier, mais qu’il a aussi connu une croissance physique importante.

« Il a grandi de genre deux, trois pouces. Il était 6 pieds 3 et maintenant il est rendu à 6 pieds 5, presque 6 pieds 6. Il a aussi pris beaucoup de masse, il a facilement ajouté un 20, 25 [livres]. »

Officiellement, Mané présente une taille de 6 pieds 6 pouces (198 cm) pour accompagner son poids de 195 livres (88 kg), selon Draft Express et Canada Elite. Cependant, il est tout à fait possible que le Montréalais de seulement 20 ans ajoute encore quelques pouces et quelques livres à sa carrure, en vue de ses débuts dans l’uniforme du Magic d’Orlando, et celui de Lakeland (G League).

alleyoop360.com-un-ancien-coequipier-de-karim-mane-se-dit-confiant-en-vue-de-son-parcours-dans-la-nba-2020-11-30_17-07-40_134321
Crédit : hoopsontherise

Au cours des derniers mois, Mauricio Rivera n’était néanmoins pas le seul à offrir son vœu de confiance en direction du joueur Québécois d’origine sénégalaise. Andy Hertzog, l’entraîneur-chef des deux jeunes hommes chez les Cheetahs, nous a lui aussi laissé savoir qu’il croyait fermement en Karim. Vous pouvez écouter l’entrevue de mon collègue Kevin Vallée avec Hertzog, ci-dessous.

Andy Hertzog : Aucun doute que Karim Mané signerait dans la NBA

L’homme qui a coaché Mané et Rivera durant leur parcours collégial a malheureusement pris la décision de se retirer du milieu, le 26 novembre dernier. L’entraîneur-chef que ses joueurs appelaient affectueusement « Coach Andy » a quitté son poste après une longue carrière de 32 ans à la barre des Cheetahs.

L’un des meilleurs programmes de basketball parmi tous les Cégeps de la province n’aurait pas été le même sans son travail. Mauricio avait justement quelques fleurs à lancer à l’égard de son ancien entraîneur.

« Andy, c’est le coach qui va être le mieux préparé pour quelconque [situation]. Il va connaître le roster (l’effectif) des autres équipes, ce qui se passe à leur école même, […] et leurs tendances, aussi. Il regarde beaucoup de film. »

Le cerveau derrière cette équipe qui a constamment été synonyme de succès au courant de son mandat est presque un savant, quand il est question de ballon orange, mais ce n’est tout de même pas sa plus grande qualité, selon son disciple.

« Il connaît tellement le jeu et le basketball cégepien, qu’il connaît les jeux des autres équipes, il joue un peu comme aux échecs […]. » avait à ajouter Mauricio. « C’est un coach qui prend grand soin de ses joueurs, y’a pas de meilleur coach pour prendre soin de toi. Il va toujours s’assurer que tous ses gars vont bien. »

Comme son ancien coach, partout où passe Karim Mané, il laisse dans son sillage des visages impressionnés et souriants, mais surtout, des gens confiants, qui ne lui souhaitent que le meilleur dans toutes ses entreprises futures. Le Québécois n’est que le dernier d’une liste grandissante de talent montréalais à rayonner sur les plus grandes scènes de basketball au monde, et ses tendances acharnées et dévouées – combinées à une étique de travail typique des jeunes joueurs d’ici – le mènera décidément très loin.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 920