Fultz, Isaac, Kennard et autres prolongent leurs ententes

Après OG Anunuoby et Kyle Kuzma, voilà qu’une salve significative de jeunes joueurs d’impact paraffinent à leur tour des prolongations de contrat avec leur organisation actuelle. Le Magic d’Orlando a notamment conservé les services de deux de ses meilleurs atouts en Markelle Fultz et Jonathan Isaac, pour trois ans et quatre ans, respectivement. Qui sont les autres joueurs à s’être mérité de lucratives extensions aujourd’hui, et qui sont ceux ayant passé leur tour?

Le parcours du 1er choix au total dans le cadre de l’encan de 2017 a été plus qu’atypique. Son amnésie au niveau du tir ne semble toujours pas avoir été rectifiée, et les attentes énormes placées à son endroit, à un jeune âge, sont peut-être toujours considérées comme démesurées, mais le jeune point guard du Magic est loin d’un plafond atteint.

Il y a encore quelques plateaus supérieurs vers lesquels Markelle Fultz peut se hisser, puis cette progression pourra prendre place à Orlando, au fil des trois prochaines années. D’ailleurs, à 16,6 M$ par année, c’est peu cher payer pour une organisation qui a le temps nécessaire à investir dans un jeune meneur au potentiel de Fultz. Les points d’interrogation sont toujours présents dans son dossier, certes, mais l’un des candidats potentiels au titre de Joueur le Plus Amélioré de 2021 vaut certainement ces sommes sur le marché actuel.

Son coéquipier, Jonathan Isaac, lui, avait encore plus intérêt à signer une prolongation – et vite – que son collègue de la même cuvée. Une déchirure du ligament antérieur croisé le force malheureusement à observer le développement des siens depuis les lignes de côtés, et ce, pour l’entièreté du prochain calendrier régulier.

Même s’il devrait connaître une réhabilitation complète, à la suite de sa chirurgie subie il y a cinq mois, le forward de 6 pieds 11 souhaitait se procurer un certain degré d’assurance en prolongeant son contrat immédiatement. Son extension de recrue en sera longue de quatre ans pour un total de 80 millions de dollars.

Un autre membre du repêchage de 2017 a cru bon d’accepter l’offre qui lui a été avancée par son nouveau club; le shooting guard des Clippers Luke Kennard s’entend pour quatre ans et 64 M$ avec l’organisation californienne. D’intéressants montants d’argent pour le 12e choix au total il y a trois ans qui porte simplement le chapeau de tireur d’élite.

Idem pour Derrick White, qui lui a plutôt été sélectionné par les Spurs de San Antonio au 29e échelon. Pour White, c’est une fiche de quatre ans et de 73 M$ qu’il a accepté de signer pour rester chez la franchise qui l’a accueilli toute sa carrière professionnelle. Le meneur de jeu aux atouts multiples représente une histoire remarquable d’amélioration et de détermination.

Tous ces hommes ne figureront donc pas parmi la classe de joueurs autonomes de 2021 – qui était entrevue comme l’une des plus importantes de l’histoire – optant plutôt pour le statu quo. C’est cette stabilité à long terme qu’ont aussi choisi Anthony Davis, LeBron James, Giannis Antetokounmpo, Paul George, Rudy Gobert, Bam Adebayo, Brandon Ingram, Jayson Tatum et Donovan Mitchell.

Résultat : la classe de 2021 sera en fait très maigre. Pourtant, ce seront neuf équipes qui risquent de bénéficier de 20 M$ d’espace sous le plafond salarial, au moins.

Or, d’autres camarades de Tatum, Mitchell, Adebayo, Fultz et Isaac ayant aussi marqué l’encan de 2017 n’ont pas complété d’extensions avec leurs employeurs actuels. C’est justement le cas pour Lonzo Ball, notamment.

Adrian Wojnarowski soutient toutefois que les deux camps ont confiance qu’ils seront en mesure de trouver un terrain d’entente d’ici le marché des agents libres de 2021, lorsque l’aîné des Ball obtiendra le statut de joueur autonome sous restriction.

Du côté Est du tableau, John Collins et le Hawks, ainsi que Lauri Markkanen et les Bulls, n’ont eux non plus pas prolongé leur contrat respectif. Tous deux membres de la même classe de recrues, encore une fois, ils auront la chance d’entendre ce qu’auront à offrir les autres franchises à travers la ligue avant de prendre une décision.

Certainement, la saison 2020-2021 en sera une d’une grande importance pour ces trois jeunes étoiles en devenir; ils auront beaucoup à prouver.

– « Prochaine question » …

Aux Dernières Nouvelles

Image par défaut
Liam Houde
Liam est étudiant en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son but principal est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément important de la culture.
Publications: 685