Les Raptors renouent avec la victoire

Le plus récent gain des Raptors aura dû être récolté sans Kyle Lowry, qui s’est absenté de la rencontre pour des raisons personnelles, mais c’était somme toute un vent de fraîcheur qui était le bienvenu pour la troupe de Nick Nurse. Ce dernier a d’ailleurs été contraint de faire preuve d’originalité en modelant son cinq partant; l’absence de Baynes vient aussi brouiller les cartes, mais Nurse y va d’un alignement de titulaires intéressant :

1er quart

Comme hors d’un cannon, les Kings ont amorcé la soirée avec rapidité et puissance. Le premier de ces traits étant la caractéristique principale du meneur de la formation, De’Aaron Fox s’en est servi avec brio, très tôt. Swipa s’empresse de récolter 10 points en moins de 6 minutes. Résultat : Toronto tire déjà de l’arrière par 12 à la suite d’un huitième de match.

L’alignement partant peu orthodoxe qu’envoit Nick Nurse sur les parquets n’arrive pas à rendre la pareille aux hôtes, et une absence totale d’effort défensif laisse plusieurs Kings complètement ouverts pour décocher à leur guise sans couverture. Les maux de tête des partisans des Raptors se poursuivent vraisemblablement au 1er quart.

Pendant ce temps, les Californiens s’amusent alors que Buddy Hield et Harrison Barnes semblent trouver l’anneau bien plus large qu’à l’habitude. Tyrese Haliburton, le plus récent guard à être recruté au sein de la troupe de Luke Walton – repêché 12e à l’encan de cet automne, fait aussi très bien au chapitre de la passe et du tir; il amasse trois triplés en moins de 12 minutes.

D’ailleurs, en tant qu’unité, Sacramento marque un effrayant total de 46 points en convertissant 17 de ses 21 tentatives du terrain. Mauvais signe pour l’organisation canadienne qui souhaitait tout sauf faire face à une équipe en feu comme celle-ci.

Les Kings mènent 46-38.

2e quart

L’énergie déployée par les Kings n’a certainement pas disparu en début de deuxième engagement. Tout de même, le Montréalais Chris Boucher fait de belles démonstrations d’offensive extérieure, de dynamisme et du même degré défensif auquel nous sommes accoutumés depuis l’inauguration du présent calendrier régulier. Aussi, OG Anunoby se retrouve souvent ballon en mains et effectue les bonnes décisions afin de tirer le meilleur de chacune des possessions offensives.

Il est évident que Nurse, à la recherche de nouveauté, fait confiance à ces deux jeunes atouts qui ont été certains des plus constants de son arsenal dans les dernières semaines. Malheureusement, l’avance des Kings reste un obstacle de taille à surmonter.

Malachi Flynn – qui marque son premier panier officiel en tant que professionnel – ainsi que Terence Davis et Yuta Watanabe, goûtent à du temps de jeu, tôt dans la soirée, menant la deuxième unité des Raps vers une explosion offensive qui permet de combler le trou de 11 points que leur avaient creusé leurs adversaires.

En un claquement de doigt et quelques percées offensives de Pascal Siakam, l’égalité est rapidement créée, grâce à un tir de l’arche crucial de sa part, après environ 5 minutes d’écoulées au cadran du 2e quart-temps. Haliburton et compagnie se refroidissent finalement, puis nous avons droit à un match de basketball serré.

Maintenant la cadence, Fox empile 17 points en 15 minutes de temps de jeu. C’est lui et son acolyte de backcourt Haliburton qui mènent la charge pour l’équipe à domicile; du côté opposé de l’aréna, les Raptors seraient en très fâcheuse position si ce n’était pas de Fred VanVleet, Pascal Siakam, Norman Powell et OG Anunoby en début de rencontre.

Les Kings mènent 74-71.

3e quart

Au plaisir de ses fans québécois, Boucher est titulaire pour amorcer le 3e au poste de pivot, face à Richaun Holmes qui doit composer avec quatre fautes. Toutefois, c’est Freddy qui lui vole la vedette avec quelques lancers de distance qu’il enfile dès la sortie des vestiaires.

Voulant s’imposer comme la formation supérieure, Toronto fait comprendre aux jeunes Kings – à l’aide de quelques exploitations d’une défensive opposée poreuse par moments – qu’il ne faut pas sous-estimer les champions de 2019, malgré une fiche de 1-6. Tout juste avant la moitié du quart-temps, c’est le trio de Siakam-VanVleet-Powell qui fait payer la troupe de Luke Walton.

Boucher ponctue avec un putback impressionnant une séquence de 8-0 pour reprendre les devants : Toronto mène alors par 5.

Soudainement, Fred se sert de ce momentum pour prendre feu. Il marque de l’intérieur, de l’extérieur, puis nous démontre son maniement de ballon resplendissant en mettant sur pieds déjà sa meilleure performance de la saison avec 31 points en moins de 25 minutes de jeu.

Choisissant Boucher comme complice, Steady Freddy lui fait confiance par la passe et lui permet de remplir la feuille de statistiques avec 23 points, 7 rebonds et 3 contres. Spicy P clot aussi très bien le troisième tour de piste en filant jusqu’au panier en isolation, pour s’assurer le dernier tir.

Rappelons que les troisièmes portions de matchs ont été le talon d’Achilles du club torontois cette année; ce n’était pas le cas ce soir. Il reste néanmoins toujours un quart à compléter…

Les Raptors mènent 111-103

4e quart

L’avance de 8 points des hommes de Nick Nurse se métamorphose immédiatement en gouffre de 16 points juste avant un temps-mort véhément de l’entraîneur-chef des hôtes. Les lacunes des Kings ont rapidement été dévoilées au grand jour, puis exploitées au maximum, dès le lancement du 4e.

Il pleut des 3 points torontois à Sacramento où Haliburton semble seul en uniforme mauve, toujours concentré sur l’objectif. Pour ce qui est du reste de l’alignement, un certain degré de frustration peut facilement être ressenti de leur part.

La thématique qui teinte les dernières minutes de cette longue soirée en Californie est simple, c’est la dominance. Défensivement, le Bambou force ses adversaires à penser à deux reprises avant de s’aventurer dans la clé. Ensuite, plusieurs rebonds offensifs offrent un lot précieux de deuxièmes opportunités aux Raptors qui n’hésitent pas à en prendre avantage.

À cours d’options, Walton tente d’y aller avec ses réservistes, mais rien ne fonctionne. Ses hommes cumulent les revirements et peinent à manufacturer des tirs de qualité devant la longueur et l’athlétisme du banc de leurs homologues.

À la suite d’une poignée de minutes de garbage time, comme on le dit dans le milieu, c’est une victoire bien appréciée qui s’ajoute à la fiche du We the North. Les Raptors passent maintenant à un bilan de 2-6. De FVV à Spicy P, en passant par le Slimm Duck, TD2 et Norm, c’est l’effort collectif qui cloue ultimement le cercueil des Kings.

Après un quart-temps dominé 33-20, Toronto l’emporte 144-123.

Joueur du match de Toronto : Fred VanVleet – 34 PTS, 3 REB, 7 AST, 5 3PT et un pourcentage de tir de 60%.

Joueur du match de Sacramento : De’Aaron Fox – 23 PTS, 1 REB, 3 AST, 2 STL et 9 tirs de convertis sur 11.

Image par défaut
Liam Houde
Liam est étudiant en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son but principal est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément important de la culture.
Publications: 631