Chris Boucher au 3e rang des meilleurs PER du circuit

La statistique du Player Efficiency Rating, ou PER, est aussi controversée que fascinante, mais son utilisation est de plus en plus répandue dans la NBA. Comme elle peut se rendre très utile à l’exercice de comparaison de grands joueurs historiques ou de candidats au titre de MVP, la stat a lieu d’être, et Charles Dubé-Brais des Raptors 905 nous a d’ailleurs partagé une constatation particulière à ce sujet, soit le cas de Chris Boucher. Le Montréalais, contre toute attente, s’est hissé jusqu’au 3e échelon de la ligue au chapitre du PER, pour le calendrier régulier actuel.

Qu’est-ce qui explique ce phénomène?

Comme l’a mentionné mon collègue Kevin Vallée, Chris se retrouve en splendide compagnie aux côtés de Nikola Jokic, Giannis Antetokounmpo, Stephen Curry, James Harden et plusieurs autres vedettes. Si on considère la cote de 27,4 que présente aujourd’hui Boucher – par rapport à l’échelle d’évaluation établie par l’inventeur du PER John Hollinger – le joueur avant des Raptors de Toronto figurerait parmi la catégorie des « candidats au MVP ».

À noter qu’un ratio PER de 35 ou plus tombe directement dans la catégorie de « joueur historique » et la fenêtre de 30 à 35 accueille les « favoris incontestés au MVP ». Malgré l’échantillon très limité, il est impossible d’ignorer que la présence de Boucher parmi cette hiérarchie est un fait d’armes hautement impressionnant.

Cependant, il faut d’abord comprendre comment fonctionne l’équation qui détermine cette cote, pour conséquemment saisir l’ampleur de ce qu’accomplit notre Québécois devenu Torontois.

Lorsque John Hollinger a mis sur pieds cette polarisante méthode de calcul d’efficacité générale, il souhaitait inclure le plus de statistiques possibles – qu’elles soient productives ou néfastes sur le terrain – dans une seule et même équation mathématique. Aussi, chaque campagne de la NBA, la moyenne de tous les PER de l’association est toujours de 15. De cette façon, il existe un élément de référence afin de pouvoir allouer adéquatement des PER et les comparer (c’est aussi plus représentatif lorsqu’on compare des joueurs de différentes époques).

Le système de Hollinger inclut les statistiques importantes suivantes dans sa formule :

  • Tirs réussis
  • Lancers francs
  • Tirs à 3 points
  • Passes décisives
  • Rebonds
  • Interceptions
  • Contres
  • Tirs ratés
  • Revirements
  • Fautes personnelles

Cet amalgame de décimales est ensuite ajusté au nombre de minutes jouées, afin de mesurer l’impact par minute, puis la cote de rapidité de jeu (pace) de l’équipe est aussi ajoutée à la recette pour finalement nous concocter un seul et unique nombre, sensé nous offrir un portrait sommatif de l’impact statistique que déploie un joueur sur un terrain de basketball, pour un nombre de matchs donné.

Or, le surnommé Slimm Duck a l’avantage d’être productif en un temps de jeu moyen très limité, lui qui ne voit les parquets que pour 20.8 minutes par rencontre cette année. C’est en partie ce qui explique sa présence parmi le top 20 des PER de la ligue, étant le seul joueur de seconde unité parmi cette marée de titulaires.

Outre ce facteur, ce n’est que l’échantillon trop mince qui explique cette anomalie, car il faut considérer qu’une fois les 72 matchs de saison régulière complétés, Boucher ne se retrouvera plus en tête de peloton.

Tout de même, son travail efficace doit être souligné, puisqu’il est aussi important de remettre en évidence qu’aucun autre joueur de second plan ne se retrouve sur cette liste; le Montréalais y mérite pleinement sa place, par ses performances inspirées.

Son aise de la ligne extérieure, combinée avec sa ténacité intérieure et son énergie contagieuse ont fait du gaillard de 27 ans l’un des meilleurs pivots du circuit, j’usqu’à présent, à travers cette tumultueuse campagne. Boucher a prouvé qu’il mérite d’être présenté à un temps de jeu accru.

Maintenant, ce n’est qu’à Nick Nurse d’en faire le constat.

Franchissant la barre de 22 points à trois reprises en huit matchs, cette année, Chris Boucher publie des moyennes – grandement améliorées depuis 2019-2020 – de 13.5 PTS, 6 REB, 1 AST et 2.1 BLK par rencontre, en tirant le ballon avec un rendement de 57.4% du terrain et 40% du 3 points (en 2 tentatives de l’arche par match). À ce bilan s’ajoute aussi évidemment un PER de 27.4.

Note : Chris n’a jamais été partant sous Nick Nurse.

Image par défaut
Liam Houde
Liam est étudiant en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son but principal est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément important de la culture.
Publications: 631