Bradley Beal accable les Suns

La séquence léthargique de trois défaites des Wizards de Washington connait son terme lundi soir; les 30 points et plus de Bradley Beal ne sont finalement pas en vain alors qu’ils défont les Suns de Phoenix en territoire familier – toutefois en l’absence de Russell Westbrook – par la marque de 128-107.

Beal, le shooting guard étoile qui mène par une marge gigantesque le circuit au chapitre des points par match, n’a jamais récolté moins que 27 points cette année en tant que première flûte incontestée des Wiz. Il ne souhaitait pas dire au revoir à cette suite de sitôt (mais l’aurait probablement échangée pour quelques victoires). Beal nous offre encore une performance digne des plus grands marqueurs avec 34 points en 35 minutes et avec un rendement de 54.5% pour la soirée.

Il y ajoute aussi 8 rebonds et 9 passes décisives pour flirter avec le triple-double, en plus de laisser 2 interceptions et un bloc témoigner de sa ténacité défensive.

Alors qu’à l’habitude une telle démonstration de prouesses offensives n’était pas synonyme de victoire pour sa troupe – du moins, en 2020-2021 – des productions respectables de Davis Bertans, Rui Hachimura, Robin Lopez et d’autres hommes de la formation ont permis à ces 34 points de ne pas être en vain.

D’ailleurs, la troupe de Scott Brooks a déployé l’un de ses meilleurs efforts de la saison face à Phoenix, car c’est la plus grande marge de victoire du club depuis 2019. La clé a curieusement correspondu au point qu’avait soulevé Brad en conférence de presse, suivant la défaite du 9 janvier dernier contre le Heat de Miami.

L’All-Star avait alors pointé du doigt la défensive collective de sa concession : « Nous ne pouvons même pas défendre une voiture garée. »

Du côté opposé de l’aréna, c’était Devin Booker qui répondait à Beal presque coup pour coup, mais ses 33 points se sont avérés insuffisants pour soulever une équipe des Suns qui n’arrivait pas à trouver le milieu de l’anneau à une fréquence acceptable.

Pourtant, deux atouts importants de l’arsenal de Washington manquaient à l’appel lundi soir. Ce sont Russell Westbrook (quadriceps) et Thomas Bryant (ligament antérieur croisé) qui n’étaient pas en uniforme devant les Suns, mais leur absence ne semble pas trop avoir été sentie.

Pour sa part, Bryant n’est pas le plus agile des défenseurs; Robin Lopez, malgré sa lenteur marquée, a fait un meilleur travail près de l’anneau en tant que titulaire.

Néanmoins, au final, ce sont les efforts combinés de toute l’équipe au plan défensif qui auront alloué ce gain : Washington parvient à limiter ses adversaires à seulement 45% au tir et 15% de l’arche.

Peut-être Brooks a-t-il trouvé la formule gagnante à D.C.? Ou peut-être que Westbrook et ses triples-doubles dits « vides » sont en réalités problématiques pour son club, qui amasse deux victoires et deux défaites sans lui, pour une victoire et six défaites avec.

Les Wizards se mesureront au Jazz de l’Utah en prochain, le 13 janvier à 19h00, toujours au Capital One Arena de Washington.

Voici quelques faits saillants de la soirée de lundi, ailleurs dans la NBA :

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 981