John Wall se considère joueur de franchise des Rockets

Depuis son arrivée à Houston en 2012, James Harden a été le visage de la franchise. Littéralement élu au Match des étoiles à chacune de ses saisons avec les Rockets, l’ancien MVP y a laissé un vide assez considérable. Un vide que John Wall se sent prêt à remplir.

Wall, qui a changé d’adresse dans l’échange qui a envoyé Russell Westbrook à Washington, considère qu’il est l’homme de la situation. Sans Harden, les Rockets se retrouvent sans vrai leader, sans joueur de franchise ; un rôle qu’il est prêt à endosser.

« Je sens que je suis le joueur de franchise maintenant que James [Harden] est parti. Tu as rarement la chance de l’être dans deux viles différentes et deux équipes différentes. Je sens que c’est mon travail, d’être le leader de cette équipe. »

– John Wall, sur son rôle avec les Rockets

Être un joueur de franchise, le point guard étoile l’a fait durant plusieurs années dans la capitale américaine avant de céder son rôle à Bradley Beal. À 30 ans, il sait comment ce genre de chose fonctionne.

Wall s’attend à ce que chacun de ses coéquipiers maintienne un standard de jeu élevé, qu’il travaille dur pendant les entraînements, qu’il respecte le personnel de l’équipe et qu’il écoute les conseils des vétérans. On voit que ce n’est pas son premier tour de parc.

De retour dans la rotation de Stephen Silas après une absence contre le Thunder, l’ancien All-Star a mené les Rockets à une victoire de 115-103 contre les Grizzlies de Memphis avec 22 points et 8 passes décisives.

Sa présence est dernièrement synonyme de victoire – et c’est bien comme ça. Il n’y a personne qui puisse mieux remplir le rôle de joueur de franchise à Houston mieux que lui.

Image par défaut
William Thériault
Un vrai passionné du journalisme, William Thériault oeuvre dans plusieurs sphères médiatiques. Jeune et ambitieux, on peut le lire sur différentes plateformes et l'écouter à la radio.
Publications: 636