Tatum démantèle les Wizards en réponse à 46 points de Beal

Deux joueurs All-Star parmi l’alignement partant des étoiles de l’Est se livraient un duel offensif mémorable, dimanche soir, alors que les Celtics de Boston accueillaient les Wizards de Washington au TD Garden. Bradley Beal a peut-être remporté le combat des pointeurs, avec 46, mais Jayson Tatum et ses 31 points ont finalement eu le dernier mot.

Pour les visiteurs, Beal a presque été contraint de devenir l’unique source de paniers pour les siens, puisque ses collègues partants ne l’ont pas appuyé adéquatement. En fait, deux des titulaires des Wizards n’ont enregistré aucun point (Mo Wagner et Garrison Matthews) tandis qu’un autre des partants n’en amassait que deux (Rui Hachimura).

Les 46 points qu’a mis Beal étaient donc plus que nécessaires afin de garder la tête hors de l’eau. Heureusement, Russell Westbrook s’est levé pour 24 points et 11 rebonds alors que Davis Bertans continuait de surfer sur une excellente séquence de la ligne des 3 points en ajoutant 20 points au tableau, tous récoltés à partir de l’arche (ou du lancer-franc).

Essuyant un revers par la marque de 110-111, Washington s’en voudra d’avoir échappé cette joute qui avait le potentiel de se métamorphoser en une huitième victoire en 10 matchs. Néanmoins, le coupable principal se trouve à être Jayson Tatum, qui a mené la charge des C’s en l’absence de Jaylen Brown et Marcus Smart.

C’est lui qui a cloué le cercueil des hommes de Scott Brooks en fin de soirée, grâce à l’ultime panier victorieux :

La partie d’hier a également donné lieu à ce dunk monstrueux, gracieuseté de Tatum, qui a explosé sur Robin Lopez :

Le forward étoile a totalisé 31 PTS, 8 REB, 3 AST et 3 STL en convertissant 55% de ses tentatives du terrain pour offrir un gain bien opportun à la franchise du Massachussetts. Après avoir perdu six des 10 derniers, Boston renoue finalement avec ses habitudes de gagnant en enfilant deux conquêtes consécutives.

Alors que JT est à remercier en grande partie pour les triomphes sur Indiana puis sur Washington, le réveil de Kemba Walker qui a suivi une performance de 32 points vendredi, avec 21 points hier, mérite aussi son lot de crédit.

Or, la clé du match – en dent de scie du début à la fin – entre les Wiz et les Celtics, aura tout de même été la défensive : Boston a tenu ses adversaires à seulement 45% du terrain, puis 28% de la ligne des 3 points. Finalement, une dominance au chapitre des rebonds (49 contre 36) menant à beaucoup e secondes chances aura rendu insuffisante la prestation de Beal.

D’ailleurs, le shooting guard a perdu ses 11 dernières joutes où il enregistrait 40 points ou plus… C’est la plus longue séquence de la sorte dans l’histoire de la NBA.

De retour aux planches à dessin pour Washington qui venait tout juste de trouver la formule gagnante. Alors que les Wizards et leur fiche de parcours de 13-19 se trouvent aujourd’hui au 12e rang de la conférence, Bradley Beal maintient toujours des ahurissantes moyennes de 33.2 PTS, 5.4 REB, 4.8 AST et une efficacité de 48.5% au total.

Image par défaut
Liam Houde
Liam est étudiant en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son but principal est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément important de la culture.
Publications: 722