Réponse aux critiques : la NCAA aménage une salle d’entraînement féminine

Ça aura pris des critiques provenant d’un peu partout, mais ça aura finalement fonctionné; les équipes féminines participant au March Madness ont maintenant elles aussi leur salle de conditionnement physique digne de ce nom.

Jeudi dernier, la forward de l’université de l’Oregon Sedona Prince a mis en évidence le climat d’inéquité qui régnait au March Madness. Tandis que les basketteurs masculins disposaient d’une énorme salle d’entraînement, les femmes n’avaient pas grand chose à leur portée.

Cette dénonciation a rapidement fait le tour des réseaux sociaux, se retrouvant même dans les médias traditionnels. Prince a même accordé une entrevue à la grande chaîne d’information américaine CNN, pour faire suite à son appel au changement.

Résultat : deux jours plus tard, soit samedi, voici à quoi ressemblait l’espace d’exercice pour les femmes.

« Devinez quoi? Nous avons une salle d’entraînement! »

– Sedona Prince

Cette exclamation, bien que réconfortante, pose problème. Elle n’aurait tout simplement pas dû être prononcée, puisque de ne pas fournir de l’équipement équivalent aux athlètes féminines demeure inacceptable.

Prince et ses coéquipières des Ducks ont remercié la NCAA d’avoir appliqué des modifications concrètes pour remédier à la situation. Elles se sont également montrées reconnaissantes envers les réseaux sociaux, qui ont permis de propager le message et d’entraîner un vrai changement.

Image par défaut
William Thériault
Un vrai passionné du journalisme, William Thériault oeuvre dans plusieurs sphères médiatiques. Jeune et ambitieux, on peut le lire sur différentes plateformes et l'écouter à la radio.
Publications: 672