Lowry (et Drake) offrent une conférence de presse mémorable

En se rendant disponible aux membres des médias, par Zoom, à la fin de la rencontre de mercredi soir entre les Raptors de Toronto et les Nuggets de Denver, Kyle Lowry a peut-être donné lieu à l’une des meilleures conférences de presse de sa carrière – si ce n’est pas la meilleure. Honnête, reconnaissant et drôle, le meneur de la franchise torontoise a peut-être bien livré sa toute dernière conférence de la sorte aussi, en tant que membre des Raptors. Or, si tel est le cas, il est sorti en force.

Avant d’accepter quelconque question, Lowry souhaitait d’abord reconnaître et féliciter les femmes du réseau canadien TSN qui ont complété la toute première diffusion 100% féminine en décrivant et analysant la joute d’hier soir.

De façon incontestable, Meghan McPeek, Kia Nurse, Kayla Grey, Kate Beirness et Amy Audibert ont fait un travail phénoménal dans leur couverture de l’affrontement. C’était bien de voir Kyle faire preuve d’autant de classe en levant son chapeau à ces femmes.

« Laissez-moi commencer en reconnaissant les femmes qui ont ‘fait’ le match de ce soir. On m’a dit qu’elles avaient été incroyables. […] C’est un pas énorme pour notre ligue et pour notre organisation. Peut-être qu’elles nous ont apporté la chance que nous avions besoin. »

Tel un gentleman, le numéro 7 a aussi fait preuve d’un haut degré d’intégrité, quelque chose de rare dans ce genre de conférence de presse aujourd’hui. Du moins, c’est ce que le légendaire Raptor a lui-même admis; ce qui nous laisse croire davantage qu’il s’agissait ici de sa dernière apparition devant médias en tant que porte-couleurs de Toronto.

« Je vais être honnête ce soir. Habituellement, je vous donne de la ‘bullshit‘, mais je dois avouer que ce soir était un peu bizarre, ne sachant pas quelle sera la prochaine étape. Évidemment, ça aurait été bien différent si nous étions à Toronto. »

Lorsqu’on lui a demandé de faire une réflexion sur ses meilleurs souvenirs de son expérience à Toronto, Kyle Lowry a soutenu un point important, pour lui : que ce n’est pas terminé.

« L’histoire n’est pas finie. Ma carrière n’est pas finie. […] Je m’ennuis réellement des partisans. Je m’ennuis des partisans, de l’atmosphère, de l’énergie. »

D’ailleurs le point guard de 35 ans avait déjà partagé son intention d’accrocher ses chaussures à titre de Raptor, même si ça impliquait de signer un contrat d’une journée, dans quelques années.

Cependant, la question que tout le monde anticipait le plus a tardé à être posée. La base partisane canadienne des Raptors au grand complet n’attendait que ça. Elle veut savoir si Kyle Lowry a lui-même l’intention de continuer de se vêtir de l’uniforme des Raps, ou s’il s’attend d’être transigé avant la date limite des transactions (jeudi 25 mars à 15h00).

« Je ne sais pas » avait-il à répondre à une question au sujet de son souhait en vue du Jour J. « Tout arrive pour une raison. Maintenant, en ce moment, je ne sais pas. »

Au travers de tout ça, se considère-t-il comme le plus grand joueur de l’histoire de la franchise? Après tout, c’est lui qui a apporté le plus au club, au travers de ses neuf ans de service. Mais encore une fois, le guard a fait preuve de modestie.

« Je ne peux pas me donner ce titre. Je vous laisserai vous (les journalistes) décider de ça. »

Pour couronner la conférence Zoom haute en émotion, le rappeur Drake souhaitait y ajouter son grain de sel en couronnant le tout d’un appel vidéo, interrompant la question du journaliste de The Athletic Eric Koreen.

L’échange cocasse où Drake prétend être le traducteur de K-Low a rapidement fait le tour des réseaux sociaux; parfait pour boucler un tel au revoir (potentiel) du meneur des Raptors.

Seul le temps nous dira si Lowry demeurera chez l’organisation qui l’a vu devenir All-Star à six reprises et champion de la NBA, ou si son séjour au Canada connaîtra son dénouement.

Précédemment :

Image par défaut
Liam Houde
Liam est étudiant en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son but principal est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément important de la culture.
Publications: 722