Karl-Anthony Towns est une machine depuis quelques jours

Depuis son retour au jeu pour les Timberwolves après une absence de 20 rencontres (COVID-19), Karl-Anthony Towns a connu de bons moments, mais ses huit derniers matchs dans l’uniforme du Minnesota sont ressortis du lot : il enregistre huit double-doubles consécutifs et marque en moyenne 28.6 points par soir à travers cette fenêtre.

Sous l’anneau comme au périmètre, Towns est l’un des atouts offensifs les plus redoutables du circuit, lorsqu’il est à son meilleur. Heureusement pour les T-Wolves, son « meilleur » est monnaie courante depuis quelques temps, alors que le centre fait preuve d’un haut degré de constance – autant par son apport statistique que par son efficacité au tir.

Le premier choix du repêchage de 2015, qui a fait face à beaucoup de tragédie dans sa famille récemment, s’est démarqué particulièrement au fil des huit derniers engagements des siens, affichant des nombres de production intéressants.

Voici ses statistiques au fil de ses huit dernières apparitions :

  • 26 mars – 29 PTS, 16 REB, 8 AST, 35% du terrain (V)
  • 27 mars – 27 PTS, 15 REB, 4 AST, 64% du terrain (D)
  • 29 mars – 31 PTS, 12 REB, 5 AST, 59% du terrain (D)
  • 31 mars – 18 PTS, 17 REB, 6 AST, 39% du terrain (V)
  • 2 avril – 30 PTS, 16 REB, 2 AST, 44% du terrain (D)
  • 3 avril – 39 PTS, 14 REB, 5 AST, 48% du terrain (D)
  • 5 avril – 23 PTS, 13 REB, 5 AST, 44% du terrain (V)
  • 7 avril – 32 PTS, 12 REB, 6 AST, 71% du terrain (D)

Force est cependant d’admettre que ses efforts ne se traduisent pas en victoires (3-5) pour ce club des Timberwolves en mode perpétuel de reconstruction, mais un rendement true shooting de 61.7% au fil de ces matchs, en plus c’une cote offensive de 116.1, sont quelque peu prometteurs.

Si l’avenir des Wolves du Minnesota (13-39, 15e dans l’Ouest) est incertain, le futur de Towns à Minneapolis, lui, n’est pas remis en question. Du moins, c’est le cas jusqu’en 2024 lorsqu’il obtiendra le statut de joueur autonome.

Conserver les services d’un des quatre ou cinq meilleurs pivots du circuit sera sans doute dans l’intérêt de la franchise du Minnesota, et n’importe quelle autre concession serait heureuse de mettre la main sur un talent comme celui de KAT, mais une chose est sûre, le noyau de Towns, Russell et Edwards a le potentiel de faire du bruit dans les années à suivre. Suffit de les avoir tous en santé sur le terrain en même temps.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 911