Voici les Québécois qui pourraient faire le saut vers la NCAA

De plus en plus, notre province est reconnue comme un bassin fiable pour fournir des espoirs universitaires. L’année dernière, 29 Québécois évoluaient dans la NCAA. C’est une marque record qui risque d’être battue dans un futur rapproché, considérant que plusieurs produits locaux sont prêts à y effectuer leur transition.

De passage à l’émission hebdomadaire d’AlleyOop360 sur les ondes du 91.9 Sports, l’entraîneur de Dynastie Basketball Woodwendy Séraphin a dressé une liste des jeunes de chez nous qui sont à surveiller.

NBA Academy Latin America

Trois jeunes de chez nous figurent au sein des rangs de la NBA Academy pour l’Amérique latine, située à Mexico City. Ils ont tous un profil intéressant.

Thomas Ndong est un gaillard de 6 pieds 10 pouces issu du programme de sports-études Félix-Leclerc à Repentigny. C’est le joueur le plus raw de son trio, mais il a un beau potentiel et attire l’attention des écoles de la Ivy League.

Wilguens Exacte Jr. a joué pour Sun Youth dans la MBL et devait aller à Brébeuf avant de quitter pour le Mexique. Le comparant à Jahmyl Telfort, Woodwendy le décrit comme un « frigidaire de 6 pieds 6 ».

Chris Tadjo est un produit de l’Express de St-Laurent. C’est un gars qui a énormément de ball skill dans un corps monstrueux.

Autres programmes

Jean Paul Gerges vient de la région de Gatineau. Étant capable de jouer au 1 ou au 2, c’est un gars intelligent et muni d’un bon tir qui en surprendra plusieurs à Brébeuf.

Thierry Tshibola est un point guard de 6 pieds 4 pouces originaire de Québec. Selon Woodwendy, il est aussi le meilleur floor general qu’on ait vu dans les deux ou trois dernières années. Il fait partie du programme de basketball de Vanier, là où Karim Mané est passé.

Émile Rioux, le grand frère d’Olivier (14 ans/7’4 ») joue à Kimball Union Academy dans le New Hampshire. À 6 pieds 10, on peut comparer son jeu à celui de Lauri Markkanen (power forward, Bulls de Chicago).

To Randriasalama va rejoindre Jahmyl Telfort à Northeastern l’an prochain, ayant déjà reçu sa bourse d’études. Supervisé trois ans par Woodwendy avec Parc Extension, « il est incapable de ne pas s’entraîner, de ne pas être dans le gymnase ». Si ce n’était pas de la pandémie, il aurait pu faire partie d’une plus grosse conférence. Clemson avait notamment de l’intérêt pour lui.

Jeremy Foumena est un phénomène physique. À 6 pieds 10 et 260 livres, il joue présentement à Central Point Academy en Floride. Malgré sa taille, il a toujours voulu jouer sur le périmètre – et possède conséquemment les aptitudes qui viennent avec. Son nom est à surveiller.

Dynastie Basketball

Cedric Lath est physiquement monstrueux. On parle de 6 pieds 10 de muscles. Il vient de la Côte d’Ivoire, mais évolue au Québec. Le côtoyant au quotidien, Woodwendy juge qu’il a le potentiel de jouer professionnel. « C’est un no-brainer qu’il va faire de l’argent avec le basket. »

Landry Lamine, tout droit venu de la France est un shooting guard de 6 pieds 8 pouces. Son tir en suspension et sa défense sont ses plus grands atouts. « Tu tombes en amour avec son potentiel au premier regard », selon coach Wood. Sans oublier qu’il a une personnalité hautement colorée.

Michael Ankamah est pour sa part un gars de Montréal qui a joué à Sun Youth. « Né pour mettre le ballon dans le panier », il a connu quelques obstacles académiques mais a été bien encadré à Dynastie Basketball et peut connaître un beau parcours.


Toujours selon Woodwendy Séraphin, il n’y a pas d’autres « Benn Mathurin » dans cette cuvée-là. Il y voit plus des gars à la Nathan Cayo, qui vont rester à l’université trois ou quatre ans et y laisser leur trace plutôt que filer après un one-and-done.

Image par défaut
William Thériault
William est un véritable passionné d'actualité et d'information. Rêveur se démenant au quotidien, il a le journalisme pour vocation.Le sport, c'est son amour de jeunesse.
Publications: 791