Jaylen Brown s’enflamme contre les Lakers

L’éternelle rivalité Lakers-Celtics connaissait hier un tout nouveau chapitre alors que c’est Jaylen Brown qui s’est démarqué cette fois-ci, face à un club des Lakers à court de personnel. Le shooting guard en pleine émergence depuis l’amorce de la présente campagne a signé l’une de ses meilleures prestations en carrière, avec 40 points récoltés sur un rendement de 85%.

Jeudi soir, personne n’a brillé avec plus d’éclat que Brown, lui qui inscrivait son nom dans le livre d’histoire de l’illustre franchise du Massachussetts en enregistrant le premier match de 40 points ou plus, accompagné d’un taux de réussite supérieur ou égal à 85% (17/20), depuis la fusion de la NBA et de la ABA (1976).

De dire que le numéro 7 des Celtics était efficace hier, constituerait une litote.

Son apport surhumain a d’ailleurs permis aux siens d’empocher la victoire – une 5e consécutive, et une 7e en huit matchs – afin de dérober la 4e place du tableau de l’Est aux Hawks d’Atlanta. Jayson Tatum a également contribué à l’effort collectif à l’aide de 14 points, 5 rebonds et 5 passes, alors que Marcus Smart et Payton Pritchard ajoutaient 15 points chacun au bilan du match.

En l’absence de LeBron James et Anthony Davis, les joueurs de second plan des Lakers ont bien fait au fil des derniers jours et semaines, dans l’objectif de garder la tête hors de l’eau avant d’entamer les séries, mais les lacunes de cet effectif défaillant ont été dévoilées au grand jour par les C’s.

Heureusement, les retours des deux vedettes du Lakeshow approchent.

Marc Gasol (18 PTS, 4 REB, 3 AST, 7/10 FG) et Talen Horton-Tucker (19 PTS, 6 REB, 7 AST, 3 STL) ont agi de moteurs pour la rencontre, chez le mauve et or. En fin de soirée, les Lakers ont même mis sur pieds une séquence de 22-2 pour réduire à néant une priorité confortable des adversaires, mais Brad Stevens a vite relancé ses partants en jeu pour venir atténuer les dommages.

Avec un Jaylen Brown aussi efficace et productif dans ses rangs, ainsi qu’un Jayson Tatum qui flirte avec le statut de superstar, Boston pourrait très bien connaître un long parcours en séries. Le facteur X demeurera toutefois Kemba Walker, comme c’était le cas tout au long de la saison.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 911