Zion Williamson dominait la clé comme personne dans la NBA

Au 11e rang de la conférence de l’Ouest, à deux matchs d’une place parmi le tournoi de play-in et avec encore cinq rencontres à compléter à la saison, les Pelicans de la Nouvelle-Orléans sont présentement dans une position inconfortable, surtout depuis la blessure au doigt de Zion Williamson qui devrait le contraindre à s’absenter pour les derniers matchs des siens. En Louisiane, l’espoir des séries ne vole donc pas haut, mais la vedette du club a tout de même démontré de belles choses pour l’avenir, connaissant une saison historique; particulièrement dans la clé.

Dans cette zone hostile juste sous l’anneau, là où peu s’aventurent aujourd’hui pour récolter leurs paniers, Zion est comme un poisson dans l’eau. Le power forward de 6 pieds 7 aimait enregistrer la grande majorité de ses points dans la peinture cette année, et le faisait mieux que quiconque.

C’était lui qui menait tous les pointeurs du circuit pour les points dans la clé, avec en moyenne 20.3 par soir. À titre comparatif, Williamson était plus prolifique dans cette zone près du panier que le sont Domantas Sabonis, Kristaps Porzingis, Tobias Harris, Ja Morant, Gordon Hayward, D’Angelo Russell, Fred VanVleet, Anthony Edwards, Andrew Wiggins et Kemba Walker de partout sur le terrain.

Oui, si Zion ne récoltait ses points que de la clé – excluant donc les 7 points par match additionnels qu’il amasse d’autres parts sur les parquets – le gaillard devancerait quand même tous ces joueurs mentionnés ci-haut dans le palmarès des meilleurs marqueurs. Il accomplissait d’ailleurs cet exploit en seulement 33.2 minutes de jeu par match, au travers de 61 joutes et autant de départs.

Rappelons également que cet athlète qui domine la raquette de la sorte n’est âgé que de 20 ans; son futur à titre de force de la nature dans la NBA est brillant, et il s’agit peut-être ici d’une litote.

Mettez-vous ces quelques faits saillants sous la dent.

La star des Pelicans ne s’est pas démarquée que par ce fait d’armes à sa deuxième campagne chez les pros. Le numéro 1 a également été très productif de la ligne des lancers francs, avec une moyenne de 8.7 tentatives par match. Cette marque était bonne pour la 4e place du circuit et son taux de conversion de 70%, certes inférieur à la moyenne de la ligue, n’était pas mauvais.

Capable à un si jeune stade de sa carrière de se rendre autant à la ligne de charité, Zion fait ici preuve d’une grande maturité et d’une rare agressivité au panier. Sa cote true shooting (TS%) de 64.9% témoigne également très bien de son habileté à se créer un tir efficace. Il figure au 8e rang de la NBA à ce chapitre, juste derrière certains noms comme ceux de Stephen Curry, Kevin Durant, Rudy Gobert et Joe Harris, puis devant des joueurs comme Nikola Jokic, Joel Embiid, Giannis Antetokounmpo et Damian Lillard.

Son pourcentage de réussite de tirs totaux (FG%), soit de 61.1%, lui, est aussi digne de mention. En fait, ce rendement est digne des livres d’Histoire, étant donné que le 1er choix au repêchage de 2019 est parvenu à associer 27 points par match ou plus à une efficacité égale ou supérieure à 60% pour la toute première fois de l’histoire de la NBA

Zion est un joueur très, très spécial.

N’ayant toujours pas soufflé ses 21 bougies, de grandes choses attendent Williamson dans son parcours en tant que professionnel de la NBA; il est loin d’avoir terminé de briser des records. Le défi pour David Griffin et l’état-major des Pelicans sera de garder leur protégé heureux et en santé, afin que ses succès personnels se traduisent éventuellement en succès collectifs pour l’organisation. Avec un tel corps (284 lbs), il pourrait s’agir d’une tâche difficile, mais si les astres s’alignent dans la Ville Croissant, rien ne sera hors de portée d’un Zion en santé.

Les Pelicans croiseront le fer avec les Hornets ce soir, le 9 mai, à 19h00, avant de prendre la route pour affronter les Grizzlies, les Mavericks, les Warriors puis les Lakers pour clore le calendrier régulier. Le tournoi de play-in devrait débuter le 18 mai prochain.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 894