Kyle Lowry : son passage à Toronto en sept chiffres

Avec la conclusion de la saison 2020-2021 chez les Raptors de Toronto, la possibilité d’avoir vu les derniers moments de Kyle Lowry avec la formation canadienne commence à être de plus en plus réelle. Considéré comme le plus grand joueur de l’histoire de la franchise, K-Low aura accumulé des chiffes impressionnants. En l’honneur du #7, voici sept statistiques qui démontrent l’impact du garde.

1) 74,5 :

Non, ce n’est pas la moyenne de ses examens de fin d’année à Cardinal Dougherty. Avec un win share de 74,5, Lowry vient au premier rang dans l’histoire des Raptors, devançant Chris Bosch (61,8) et DeMar DeRozan (54). Un apport impressionnant compte tenu du fait qu’il n’a pas joué toute sa carrière avec le WeTheNorth. Parmi tous les joueurs repêchés en 2006, cette séquence de neuf campagnes avec les Raptors lui permet de se classer, à elle-seule, au quatrième rang de toute sa cuvée dans la colonne du win share. Seuls Paul Millsap (94,9), Kyle Lowry dans la totalité de ses 15 saisons (98,3) et LaMarcus Aldridge (112,6) font mieux à ce chapitre.

2) 17.5 :

Quand on parle de Kyle Lowry avec les Raptors, il a toujours fait partie des très bons joueurs de la NBA, sans être parmi l’élite de l’élite. Modèle de constance année après année avec les Torontois, le natif de Philadelphie aura maintenu une moyenne en saison de 17.5 PTS par rencontre. Même si son apport était extrêmement important dans la formation, il a atteint le 20 PTS en moyenne par match que pendant deux saisons : 21.2 en 2015-2016 et 22.4 en 2016-2017. En fait, les seules fois où il a fait moins de 15 PTS par partie, c’est à sa première campagne au Canada (11.6) et l’année où les Raps ont remporté le championnat de la NBA (14.2). Cette dernière peut facilement s’expliquer par la venue de Kawhi Leonard, qui prenait également beaucoup de place dans l’échiquier de Nick Nurse.

3) 10 540 :

En 601 rencontres avec les Raptors, Lowry aura accumulé 10 540 points. Il fait partie d’un des deux seuls joueurs de l’histoire de l’équipe à en faire plus de 10 000. L’autre porte-couleurs dans cette liste est son meilleur ami de toujours, DeMar DeRozan. Repêché de l’Université Villanova, Lowry pourrait se retirer comme le meilleur joueur du programme basé en Pennsylvanie. Uniquement avec son arrêt à Toronto, Lowry se positionnerait au troisième rang dans l’histoire des Wildcats, derrière Paul Arizin (16 266 points entre 1951 et 1962) et le #7 lui-même dans son entièreté (14 272 points).

4) 29 :

Lorsqu’il a fait ses début universitaires avec Villanova, Lowry était répertorié comme la 29e meilleure recrue de l’année 2004, selon le Recruiting Services Consensus Index (RSCI). Parmi les 100 joueurs répertoriés dans ce classement, seulement six d’entre eux jouent encore dans la NBA en 2021. Parmi ce sextuor, seulement un d’entre eux était classé moins haut que Lowry, soit Al Horford (47e). Au chapitre du win share, le principal intéressé complète le podium derrière LaMarcus Aldridge et Dwight Howard, deux joueurs qui auront marqué cette génération.

5) 37 :

S’il venait qu’à quitter les Raptors pour de vrai lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes, Lowry aura conclu son passage dans la Ville Reine avec une performance de 37 points contre les Lakers de Los Angeles, il y a deux semaines. Soit une pure coïncidence ou un signe du destin, ces 37 points représentent un sommet, cette saison, pour le vétéran joueur de 34 ans. Il s’agissait également de son plus haut total depuis plus de trois ans, lorsqu’il en avait amassé 40 contre les Timberwolves du Minnesota, le 20 janvier 2018. Le plus ironique dans tout cela : ce duel contre les Lakers est la seule et unique fois où Lowry a joué un match de saison régulière au mois de mai.

6) 141 160 000 :

En neuf saison avec les Raptors, Kyle Lowry a engrangé 141 160 000$ avant impôts. En ayant joué un total de 1 828 800 secondes dans l’uniforme torontois, la valeur moyenne du garde équivaut à 77,19$ par seconde sur le terrain. Avec tout cet argent gagné, Lowry a amassé un total de 13 392,79$ pour chaque point accumulé depuis son arrivée en 2012, ce qui équivaut environ à l’achat d’une Toyota Prius V Hybride 2013 usagée (13 638$). Considérant que le salaire dans la NBA en 2019 était environ 8,32 M$, il faudrait 17 joueurs pour équivaloir le salaire accumulé par K-Low à Toronto.

7) 7 :

À moins d’une catastrophe, on peut affirmer sans se tromper que le chandail #7 de Kyle Lowry sera retiré, un jour, dans les hauteurs du Scotiabank Arena. Si tel est le cas, ce serait potentiellement le premier numéro à recevoir un tel honneur chez l’organisation des Raptors. Dans l’histoire de la NBA, seul deux autres joueurs arborant le #7 ont eu droit à une reconnaissance de la sorte. Bingo Smith a vu son maillot être retiré par les Cavaliers de Cleveland, tandis que Pete Maravich a obtenu le même honneur avec la franchise du Jazz, que ce soit lorsque celle-ci était en Nouvelle-Orléans ou en Utah.

Image par défaut
Pierre-Olivier Poulin
Publications: 205