Wizards de Washington : de sans espoir, à sans pression

Au courant de la saison, ils étaient pratiquement la risée de la ligue. Au début du mois d’avril, les jeux étaient presque faits. Pourtant, une fin de saison remarquable a permis de déjouer les pronostics placés sur les Wizards de Washington. Même s’ils ne battront probablement pas les 76ers de Philadelphie au premier tour, juste le fait de jouer est déjà un miracle pour les représentants du D.C.

Nous sommes le 6 avril. Russell Westbrook et sa bande ont une fiche de 17-32 après une défaite contre les Raptors de Toronto. La chaîne ESPN leur donne 0,6% de participer aux séries éliminatoires. Qu’est-ce qui arrive par la suite? Westbrook connait un de ses meilleurs mois en carrière et, soudainement, son équipe remporte 12 de ses 14 rencontres suivantes et terminent l’année avec un dossier de 34-38. Une remontée qui leur permet de passer du 13e au 8e en un peu plus d’un mois.

Maintenant qu’ils sont qualifiés, les Wizards n’obtiennent toujours pas la faveur des preneurs au livre. Il faut dire que le passé peut être légèrement garant de l’avenir. Les équipes avec un dossier sous la barre psychologique de .500 ont perdu leurs 30 dernières séries éliminatoires. La dernière fois qu’un tel scénario s’est produit remonte aux SuperSonics de Seattle de 1986-1987.

De plus, la troupe de Scott Brooks est uniquement la sixième formation depuis 1984 à se qualifier pour les séries, après avoir eu un dossier de quinze parties ou plus en dessous de .500 durant le calendrier régulier. Les cinq autres clubs n’ont jamais traversé la première ronde.

Image par défaut
Pierre-Olivier Poulin
Publications: 205