Ère LeBron James : est-ce le début de la fin?

La poussière désormais retombée à Los Angeles, il est heure d’introspection chez l’organisation des Lakers, alors que LeBron James se fait renvoyer à la maison au premier tour des séries pour la première fois de sa carrière. À la suite de ce grand échec sans précédent pour le King – en biais avec l’ascension de la nouvelle génération de vedettes – il est également venu l’heure de se poser quelques questions difficiles. Notamment, est-ce que le règne de LeBron James sur la NBA tire à sa fin? À 36 ans et avec un acolyte trop souvent sujet à des blessures en Anthony Davis, force est malheureusement d’admettre que LeBron est peut-être finalement à court de miracles.

Or, il faut aussi concéder que les facteurs de chance et de circonstance jouaient en défaveur de James dans le cadre de cette série contre les Suns de Phoenix; Devin Booker menait avec brio une unité adverse en santé et au paroxysme de sa chimie, tandis que le Lakeshow n’est plus l’édition championne de 2020, en plus d’avoir été ravagé par les blessures juste avant ce face-à-face.

C’est d’ailleurs cet aspect de la série qui aura été le dénominateur de succès chez la franchise de l’Arizona, puisque le duo LBJ/AD n’était visiblement pas au meilleur de sa forme, mais D-Book en était pour beaucoup, lui qui a bourgeonné en superstar au travers des six derniers matchs :

Résultat : LeBron goûte à une élimination aussi précoce pour la toute première fois de sa longue carrière de 18 ans. Afin d’ajouter davantage de contexte, sachez que la dernière fois que King James a même été éliminé par une équipe de la même conférence …

  • Luka Doncic avait 11 ans
  • Anthony Davis en était à son année junior au high school
  • Tom Brady n’avait encore que trois bagues du Super Bowl
  • Shaquille O’Neal était toujours dans la ligue – en fait, il était partant pour cette équipe des Cavaliers

Comme si ce n’était pas suffisant pour démontrer l’ampleur de cette victoire de Phoenix, considérez également que les Finales de la NBA de 2021 ne mettront pas en vedette LeBron James ou Stephen Curry pour la première fois depuis … 2010 ! Et si on inclut Kobe Bryant dans le calcul, il faut retourner jusqu’en 2006. Hallucinant.

Avec les champions en titre maintenant hors du paysage, il ne reste plus aucun détenteur de championnat des 37 dernières années, outre les Mavericks de Dallas (2011) dans la course. Les 10 vainqueurs s’étant partagés les autres 36 trophées Larry O’Brien à travers cette énorme fenêtre temporelle (Lakers, Raptors, Warriors, Cavaliers, Spurs, Heat, Celtics, Pistons, Bulls, Rockets) ont tous été éliminés avant même d’amorcer les activités de deuxième tour.

Donc, pour compléter le portrait, il ne reste plus que neuf clubs toujours en lice pour les grands honneurs, et ces derniers combinés ne peuvent se dire champions qu’à un total de six reprises … contre 67 pour les 21 formations exclues.

Bref, il n’est subséquemment pas faux d’affirmer que le calendrier de 2020-2021 dans la NBA aura été synonyme de transition pour cette ligue en mouvement constant. Pour illustrer davantage ce changement entre la campagne actuelle et celle de l’an dernier, les Nuggets représentent la seule des quatre équipes à avoir atteint les finales de chaque conférence lors des dernières séries éliminatoires (Lakers, Heat, Celtics), ses trois homologues ont subi des sorts identiques, tous sortis du tableau après seulement une ronde.

Peut-être que l’effondrement de l’empire LeBron James sera, lui aussi, synonyme de transition pour le circuit Silver. La jeunesse prend effectivement le contrôle, et le temps des dynasties est désormais révolu. D’ailleurs, seuls les Nets de Brooklyn tiennent toujours debout à titre de véritable super-team, reste à voir si cette formule demeurera la stratégie caractéristique des prochains champions de la NBA, ou si un autre type de conquérant se lèvera.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 892