Chris Paul fantastique, les Nuggets balayés

Ça y est, les Suns de Phoenix en ont terminé avec les Nuggets de Denver et passent maintenant au prochain tour d’activité, grâce à de magistrales performances de Chris Paul et Devin Booker : ils attendront le vainqueur entre le Jazz de l’Utah et les Clippers de Los Angeles pour ensuite se disputer le titre de champions de la conférence Ouest. Effectuons un rapide retour sur cette série de quatre matchs, particulièrement sur la dernière joute et sur l’efficace prestation du grand CP3.

Denver a commencé à voir la lumière au bout du tunnel dès le 3e quart de l’engagement, lorsque le Joueur le plus utile de la saison a obtenu une pénalité de type flagrant 2, lui valant une éjection, suivant cette séquence :

L’entraîneur-chef du club Michael Malone a ensuite qualifié la décision des arbitres de « mumbo jumbo », se disant toujours « sous le choc » par l’appel à l’impact énorme.

N’atteignant pas le plateau de la finale de conférence, Nikola Jokic rejoint donc les six derniers récipiendaires du MVP à ne pas soulever le trophée Larry O’Brien également.

En fait, seulement trois des 18 derniers Joueurs par excellence ont couronné leur saison d’un championnat : Stephen Curry en 2015 et LeBron James, à deux reprises, en 2012 et 2013.

Par cette action jugée « d’intention malicieuse », Jokic a mis un terme assez brusque à sa campagne autrement resplendissante. Les efforts de Michael Porter Jr, Will Barton et Facundo Campazzo après la perte de leur pivot étoile étaient conséquemment insuffisants devant des Suns taciturnes, appliqués et inébranlables.

Le capitaine du navire, Chris Paul, a connu une soirée singulièrement productive au boulot grâce à une récolte de 37 points, 3 rebonds, 7 passes décisives et 2 vols de ballon, le tout sur un ahurissant rendement de 14/19 (74%), sans même tenter un seul tir à 3 points. Il s’agit de son plus haut total de points en une partie éliminatoire depuis 2018…

À 36 ans et 38 jours, le Point God a d’ailleurs accompli un joli fait d’armes, qu’il peut ajouter à son déjà pétulant CV, devenant le plus vieux athlète de l’histoire de la NBA à cumuler 35 points ou plus avec une efficacité égale ou supérieure à 70% dans le cadre d’un match de séries. Paul dépasse nul autre que Kareem Abdul-Jabbar et LeBron James au sein de cette liste, certes très spécifique, mais pas moins impressionnante pour autant.

Il en est peut-être à sa 15e année chez les pros, mais CP3 n’a pas dit son dernier mot; en complétant son premier balayage (4-0) en carrière, le meneur des Suns – qui a moyenné 16.4 PTS et 8.9 AST au calendrier régulier – est à seulement quatre petites victoires de sa toute première apparition en finale de la NBA. Il a encore plus d’un tour dans son sac.

Chris Paul a donc complété sa série sans faille face aux Nuggets au son de 25.5 PTS, 10.3 AST, 5.0 REB et seulement 1.3 TO (revirement) par match, en tirant du terrain avec un taux de conversion de 62.7% et de 75% du royaume des 3 points. Prenez un instant pour assimiler comme il le faut ces informations.

Or, il ne faut pas omettre de mentionner la jeune superstar de cette formation, nommée Devin Booker, qui a aussi mis son meilleur basketball de l’avant dans cette joute d’élimination. Ses 34 points, 11 rebonds et 5 passes, sur un rendement de 44%, ont été instrumentaux au triomphe des hommes de la vallée du soleil.

Les efforts de Deandre Ayton (12 points, 7 rebonds); Mikal Bridges (14 points, 6 rebonds); Jae Crowder (9 points, 10 rebonds); Cameron Payne (4 points, 4 rebonds, 2 passes) et Cam Johnson (7 points) ne sont pas passés sous silence non plus. Le succès continu de Phoenix au fil de ce parcours d’après-saison est en fait dû à cette production à titre d’unité : simplement dit, les Suns jouent en équipe et Monty Williams mérite son lot de crédit derrière le banc.

À titre de mention, le Joker s’est bien battu en éliminatoires, lui qui devait aller au combat sans Jamal Murray cette année. Il a terminé son périple de 10 matchs et deux rondes ayant enregistré 29.8 PTS, 11.6 REB et 5.0 AST par rencontre, avec des pourcentages au tir de 51% du terrain, 38% du 3 points et 84% de la ligne de lancers francs. Ne doutez pas du MVP.

S’il amorce maintenant ses vacances bien méritées après n’avoir manqué aucun match de toute la saison, Nikola Jokic se doit d’être déçu du dénouement de cette histoire tantôt héroïque, tantôt difficile. À seulement 26 ans, le prochain chapitre de sa carrière n’a pas été écrit et lui réserve probablement encore beaucoup de plaisantes surprises et de triomphes variés.

Pendant ce temps, Chris Paul et compagnie profitent eux aussi d’une légère relâche, alors qu’ils attendront patiemment l’issue de la série Jazz-Clippers, histoire de se préparer adéquatement pour la finale de conférence. L’Utah croisera le fer avec L.A. demain, le 14 juin, à 22h00, dans l’enceinte du grand Staples Center.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 921