La profondeur des Clippers, peut-être la clé contre le Jazz après tout

Les Clippers de Los Angeles sont caractérisés par leur populaire monstre à deux têtes : le binôme de Kawhi Leonard et Paul George. Ce sont ces deux noms qui ont d’ailleurs souligné le match #4 dans cette chaude série face au Jazz de l’Utah, avec 31 points chacun, mais il est important de ne pas oublier l’apport des joueurs de soutien pour L.A.

Notez quand même que la paire de forwards devient le troisième duo de l’histoire à chacun ajouter 20 points ou plus à l’occasion des 11 premiers matchs d’un parcours en séries éliminatoires…

Alors que ce sont les deux vedettes du club qui ont comme tâche principale de marquer les paniers, les rôles attribués aux autres membres de la formation commencent à s’éclaircir, après que Tyronn Lue ait joué avec ses alignements sans cesse au cours des séries.

Rajon Rondo (genou) n’est plus là pour jouer le rôle de distributeur hors pair, alors ce sont Kawhi et PG qui ont hérité de ce chapeau, laissant également Reggie Jackson manier le ballon à titre de point guard naturel à l’occasion. Mais sinon, les superstars de l’équipe ont le ballon en main le plus souvent possible : Leonard et George sont septième et huitième au chapitre du taux d’utilisation (usage rate) avec des cotes de 28.6 et 27.8, respectivement, pour les présentes séries.

Cela signifie que l’un des deux membres du duo possède le ballon pour plus de 56% de l’entièreté des possessions des Clippers cette année, en éliminatoires. Résultat de lundi soir : ils enregistrent 31 points chacun sur des rendements de 45% (George) et 47% (Leonard), tandis que personne d’autre chez L.A. n’amasse plus que 8 points – outre Marcus Morris qui a explosé pour 24 points en tirant du centre-ville avec une efficacité de 5/6.

Plus souvent qu’autrement, lors de victoire de cette édition des Clippers, l’histoire est la même : PG-13 et le Klaw dominent le côté offensif de la partie, ils font également de bonnes démonstrations défensives, un troisième joueur se lève pour dépasser la barre des 20 points lui aussi – habituellement Jackson, mais en l’occurence Morris – et les hommes de second plan ont des impacts « négligeables » sur papier. Du moins, à première vue.

Terance Mann, Nicolas Batum et Luke Kennard, qui ont tous été introduits au sein de la rotation principale de Lue face au Jazz, voudraient sûrement clarifier la chose; leurs productions, certes minimes, ont des effets et conséquences méjugés sur les succès de la Clippernation, jusqu’à présent. Il s’agit là d’une affirmation qui se serait révélée fausse au fil des sept rencontres face aux Mavericks de Dallas, au premier tour.

Ces joueurs et leurs rôles « off-ball » sont en réalité ce qui permet à Playoff P et Kawhi de tout casser.

Terance Mann, à 24 ans et sa deuxième année chez les pros, a disputé 44 minutes en uniforme des Clips dans cette demi-finale de conférence. Au travers de ces minutes de jeu, Los Angeles a marqué 42 points de plus que son adversaire. Alors que, oui, ces cotes +/- sont difficiles à prendre au sérieux habituellement, sans contexte et autres statistiques pour les supporter, elle révèle cependant ici l’apport positif du jeune ailier dans un échantillon moindre.

Cet impact a pu être observé dès l’instant où l’entraîneur-chef de l’équipe a décidé de lui offrir du temps sur les parquets, au match #2 contre Dallas. S’il se démarque autant dans cette catégorie, c’est parce que Mann peut manufacturer des paniers pour autrui lorsque nécessaire, décocher du 3 points à près de 38% et, surtout, parce qu’il défend le périmètre avec fougue. À titre de note, il a joué un total de 9 minutes à l’occasion des deux défaites aux mains du Jazz – au match #1 et #2 – puis 37 pour les victoires.

Le Français Nicolas Batum excelle lui aussi dans la colonne des points pour/contre. En fait, il mène sa formation dans cette catégorie, avec une cote de +102 pour les séries. Le hasard est peut-être à identifier comme cause partielle de ce nombre ahurissant, mais il demeure que le forward d’expérience a une grande influence sur les triomphes de la franchise hollywoodienne.

Batum lance un peu plus de quatre fois par match depuis la ligne des 3 points, pour en convertir 37%, lui valant 9.3 points par match en 11 matchs éliminatoires, dont sept départs, et le tout en 30.9 minutes par soir. Le vétéran a trouvé sa niche dans la NBA. Il connait son rôle en tant que tireur à distance et marqueur de niveau secondaire. Il est aussi question ici d’espacement de terrain; un aspect important du basketball moderne.

Luke Kennard se glisse également dans cette catégorie, lui qui présente un rendement de 60% du terrain et de 50% du royaume des 3 points, en plus d’une cote de +39, pour les playoffs de 2020-2021. Le guard a pourtant vu le chiffre 0 à côté de « minutes » sur la fiche de match des quatre premières rencontres contre Luka Doncic et les Mavs. Jouant les tireurs d’élite efficaces, son impact est sous-estimé.

Même si les prouesses offensives de la paire Kawhi-George sont instrumentales, les rôles que remplissent Reggie Jackson, Marcus Morris, Luke Kennard, Nicolas Batum, Terance Mann et même Ivica Zubac et Patrick Beverley sont fondamentaux pour les Clippers. Ce ne sont pas seulement les hommes de Quin Snyder qui font preuve de profondeur…

Dans cette série de superstars, le meilleur banc s’avérera possiblement être le facteur déterminant de l’ultime succès. Le cinquième chapitre de cette série maintenant à égalité prendra place à Salt Lake City, demain le 16 juin, à 22h00.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 911