Remontée improbable : les Hawks avaient 99,7% de chances de perdre

Pour couronner un excellent match #5 par la marque de 109-106, les Hawks ont complété l’une des remontées les plus improbables de l’histoire du sport, alors que Trae Young et Joel Embiid se livraient à nouveau un duel grandiose. Or, les visiteurs de Wells Fargo Center de Philadelphie ont tiré de l’arrière par un maximum de 26 points aux premiers instants du 3e quart, lorsque les probabilités voulaient que la victoire soit en poche pour les 76ers, avec 99,7% de chances de prendre l’avance 3-2 dans la série. La chance a plutôt souri à Atlanta, qui aura maintenant l’opportunité d’éliminer Philly lorsqu’ils croiseront le fer à nouveau.

Young était le chef d’orchestre qui a mené cette invraisemblable poussée :

Étonnamment, les Falcons d’Atlanta en 2017, qui ont perdu cette fameuse avance lors du Super Bowl LI face aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre, jouissaient également d’une probabilité de victoire de 99,7% au point culminant de la rencontre, là où l’écart était de 25 points.

alleyoop360.com-remontee-improbable-les-hawks-avaient-997-de-chances-de-perdre-2021-06-17_10-54-36_280048
inpredict, Twitter

Toutefois, cette histoire ne s’est pas aussi bien terminée pour la formation de la Géorgie, à ce moment : les Falcons étaient la risée de la NFL pour quelques temps suivant le fiasco. Et il s’agissait également d’un fiasco pour les Sixers, hier soir, eux qui n’auraient jamais dû échapper ce gain, mais quelques facteurs expliquent ce qui s’est produit.

D’abord, l’offensive de la ville de l’amour fraternel était quasi-invisible lors de la deuxième portion de joute, alors que seuls Joel Embiid et Seth Curry amassaient des paniers pour les hommes de Doc Rivers. Tobias Harris, habituellement une excellente source de points pour Philadelphie (21.3 PTS par match), n’a trouvé la cible à aucune de ses quatre tentatives du terrain, et Ben Simmons n’a pas converti son seul essai au panier…

On parle ici de 24 minutes de basketball, au travers desquelles seulement deux joueurs ont récolté l’entièreté des paniers d’un club; presque du jamais vu.

En fait, ce sont 44 points totaux qu’ont cumulés les 76ers, à domicile, après la mi-temps. Pour y faire contraste, les Hawks y sont allés de 69 points, sortant de l’affrontement triomphants, in extremis, avec 3 points d’écart.

Malgré tout, il faut souligner les efforts de Curry et Embiid, les seuls porte-couleurs des Sixers avec plus de 8 points à leur fiche. Le centre étoile de l’équipe s’est amusé avec 37 points, 13 rebonds, 5 passes décisives, 2 vols de ballon et 4 blocs : une ligne de statistiques digne d’un candidat au MVP.

Seth, le cadet de la famille Curry, s’est quant à lui démarqué avec 36 points, 7 rebonds, 2 vols et sept jolis tirs à 3 points sur un excellent rendement de 58.3%. Surfant sur une séquence de haut niveau depuis le périmètre, le tireur d’élite est un atout fondamental pour Philly.

Cependant, les deux hommes ne peuvent simplement pas tout faire offensivement. Harris n’a ajouté que 4 points au tableau tandis que Simmons et Furkan Korkmaz en récoltaient chacun 8, sur des taux d’efficacité insatisfaisants. Pourtant, les locaux ont lancé le ballon avec un rendement total (46%) supérieur à leur adversaire (45%) pour le match; idem de la ligne des 3 points (43% contre 34%). Trae Young et compagnie n’ont mis que neuf tirs du 3 points.

Or, ce n’est pas de l’extérieur que l’ATL a fait mal à son opposant, mais plutôt à l’intérieur, par la défensive, par la passe et bien sûr grâce à un degré non négligeable de chance. Mais cette chance portait peut-être un nom, celui de Lou Williams.

Lou Will a eu un impact important sur la rencontre, avec une soirée de travail de 15 points (7/10 du terrain), 5 passes et 2 interceptions; certes rien d’ahurissant, mais sa présence coïncidait avec une séquence de 55-31 pour la victoire. Il n’a pas joué de la première demie, puis s’est inséré dans l’alignement alors que le trou des siens était creux de 21 points, puis n’a plus rejoint le banc jusqu’à ce que la sirène finale ne sonne. Bonne décision de Nate McMillan.

Néanmoins, le titre de héros de la soirée revient sans l’ombre d’un doute à Trae Young, car le meneur du club a été flamboyant – un terme qui peut adéquatement décrire ses séries éliminatoires jusqu’à maintenant – avec ses 39 points, 7 passes et 3 vols.

Young a joué 10 matchs de séries dans sa vie et il s’est tâché d’amasser au moins 30 points dans la moitié de ceux-ci.

Si les Hawks parviennent à défaire les 76ers et passer en finale de conférence, alors que l’organisation n’avait initialement comme but que de goûter aux séries, Ice Trae et McMillan méritent tout le crédit au monde pour le magnifique travail qu’ils ont complété.

Nous connaitrons la suite de cette palpitante série demain, le 18 juin, lorsque les Sixers visiteront le State Farm Arena en territoire hostile, à 19h30.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 894