Ben Simmons a connu des séries plus que difficiles

Les 76ers de Philadelphie ont essuyé leur plus rude revers de l’année, dimanche soir, lorsque les Hawks d’Atlanta ont remporté le match #7 de cette série de deuxième ronde, par la marque de 103-96. Ces derniers passent au prochain tour d’activités en vue d’un affrontement avec les Bucks de Milwaukee, afin de couronner un champion dans la conférence de l’Est. Si Joel Embiid a mis de l’avant son meilleur effort dans la défaite, son acolyte Ben Simmons a quant à lui déçu ses partisans. En fait, le point guard de grande stature n’a simplement pas été à la hauteur de son statut de vedette, au fil de la présente après-saison.

D’abord, crédit doit être donné à Nate McMillan, l’entraîneur-chef de la franchise de Géorgie, pour l’excellent travail qu’il a fait depuis son arrivée chez le club. Les Hawks présentaient une fiche de 14-20 lorsqu’il est venu prendre la place de Lloyd Pierce derrière le banc; ils ont désormais un bilan de 35-15 avec McMillan et sont maintenant en finale de conférence, alors qu’une simple participation aux séries était déjà vue comme une victoire pour cette organisation.

Le coach est parvenu à transformer cette édition des Hawks, en fin de reconstruction, en prétendant au titre. Il s’agit d’ailleurs de la première formation à se frayer un chemin jusqu’au troisième tour des éliminatoires, sans aucun All-Star, depuis les Pacers en 1994. Étrangement, 1994 était également la dernière et seule autre occasion de l’histoire où les têtes de séries des deux associations n’ont pas atteint leurs finales de conférences respectives.

À titre de note, Trae Young mérite évidemment le statut de joueur étoile, même s’il s’est absenté du Match des étoiles cette année, par ses prouesses offensives qui ont finalement été la clé pour Atlanta.

Le meneur de l’équipe, justement, s’est tâché de récolter 21 points et 10 passes décisives hier soir pour ses pairs, lui qui connaissait une soirée plus difficile au niveau de l’efficacité; il n’a converti que deux de ses 11 tentatives depuis la ligne des 3 points. C’était toutefois un héros masqué qui s’est levé pour les vainqueurs afin d’endosser une bonne part de la charge offensive…

Kevin Huerter, à sa troisième campagne chez les pros, s’est démarqué d’une performance mémorable, peut-être sa meilleure en carrière, grâce à ses 27 points et 7 rebonds, sur un taux d’efficacité de 10/18, en mettant les trois lancers-francs de la gagne. La fièvre de Red Velvet dans l’ATL s’emparera maintenant de la finale de conférence, là où les Hawks n’ont pas mis les pieds depuis 2015.

Du côté de l’adversaire, Joel Embiid a enregistré 31 points, 11 rebonds, 3 passes, 1 vol et 1 bloc, tirant le ballon à 52% – et 16 malheureux revirements en deux matchs – mais n’a pas su capitaliser sur les moments cruciaux en fin de rencontre, lorsque la marque était serrée et que le gaillard avait le ballon en mains. Si une portion du blâme lui revient probablement, c’est cependant Ben Simmons qui devrait se regarder dans la glace.

Le garde de 6 pieds 10 pouces retourne à la maison la tête basse, lui qui n’a tout simplement pas été à la hauteur au cours de ces séries; certains analystes et internautes vont même jusqu’à proposer que Philly devrait se départir de Ben dans le cadre d’un échange.

Des questionnements importants s’imposent pour l’organisation des Sixers, certes, mais des améliorations individuelles sont également à envisager de la part de Simmons, s’il souhaite faire de cette équipe un réel prétendant aux grands honneurs… Est-ce que Ben Simmons est en mesure d’être le point guard titulaire d’une équipe championne? Doc Rivers, son coach, n’en est lui-même pas certain.

« Je ne connais pas la réponse à cette question. »

– Doc Rivers au sujet de la capacité de Ben Simmons à être un meneur de jeu titulaire sur une formation championne, suivant l’élimination des 76ers.

Voici quelques points faibles notables – ou faits non-saillants – de la star secondaire de Philadelphie, à travers la danse printanière de 2020-2021 :

  • Ben Simmons a raté 48 lancers-francs en séries cette année, à lui seul. C’est plus que le total des Suns (29) et des Nets (28).
  • Ben Simmons n’a enregistré aucun panier lors des quatre derniers 4e quart-temps des siens, puisqu’il n’en a tenté aucun.
  • Ben Simmons n’était pas sur le terrain pour les dernières minutes du match #7 (son salaire s’élève à 177 M$).
  • Ben Simmons a battu le record du plus faible pourcentage de réussite aux lancers-francs en un seul parcours éliminatoire (minimum de 70 tentatives) avec 34.2%. Shaquille O’Neal en 2006 (37.4%) et Wilt Chamberlain en 1968 (38.0%) le suivent de près. Quelle compagnie.
  • Un partisan du Wells Fargo Center a décoché plus de lancers (une bouteille d’eau sur le terrain) que Ben Simmons au 4e quart des quatre derniers engagements.

Le jeune athlète de 24 ans amassait tout de même 11.9 PTS, 7.9 REB, 8.8 AST et 1.3 STL par match de séries cette année, sur un rendement total de 62.1%; il ne faut pas oublier le rôle que joue le point guard pour ces Sixers : il n’est pas là pour marquer des dizaines de points. Tout de même, plusieurs aspects de son jeu sont à améliorer. Il sera d’ailleurs le premier à vous l’avouer.

« Nous avons perdu, ça craint. Je suis qui je suis, c’est ce que c’est. Ce n’est pas facile de gagner et ça paraît. Les Nets ont été achevés par les Bucks. » a dit Simmons après la défaite de dimanche soir. « Je n’ai pas bien tiré le ballon de la ligne de lancers-francs cette série. Offensivement, je n’étais pas là. Je n’en ai pas fait assez pour mes coéquipiers. Il y a beaucoup de choses sur lesquelles je dois travailler. » a-t-il ensuite avoué.

Ice Trae et ses Hawks ont mérité leur ascension jusqu’à cette étape des séries, mais il en demeure que Rivers et Simmons sont facilement identifiables à titre de coupables. Or, nous devrions avoir droit à une entre-saison relativement mouvementée du côté de l’organisation de Pennsylvanie.

D’ici là, les Hawks croiseront le fer avec Giannis Antetokounmpo et les Bucks, mercredi le 23 juin prochain, à 20h30.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 893